sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mardi 21 Octobre 2014         

Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)

Imprimer Envoyer
Publié le Dimanche 27 Mars 2011 à 22:53
Par Mohamed Néjib BOUJNAH

Lettre 2 : De l’art
L’art est le reflet de notre intelligence.
Dans une société en révolution l’art doit être changeant, mutant parfois, autrement il deviendra comme un jeune colonel révolutionnaire, qui au bout de quelques années, se transforme en pire des dictateurs.
Il ne faut pas avoir peur de l’abondance dans l’art. Au début de la révolution, j’entendais une nouvelle musique (Rapp, Clash et autres) qui ne me plaisait pas beaucoup : les rimes étaient mauvaises, faciles ; la musique bâclée.…Et puis, au bout de quelques semaines, cette même musique, ces mêmes jeunes artistes ont évolué : la poésie a pris de la place dans leurs textes ; la musique est devenue plus recherchée et les idées beaucoup plus profondes. Heureusement, qu’ils n’ont pas été intimidés et que la révolution les a portés. J’espère qu’ils ne dormiront pas sur ces acquis, et qu’ils nous surprendront chaque jour par de nouvelles conquêtes artistiques.

Il ne faut pas avoir peur de l’abondance, car l’art se juge lui-même. De combien de livres te rappelles-tu, alors que des milliers de livres ont été écrits ? De combien de poèmes, de combien de peintres ou de chanteurs ? Même les « mauvaises » œœuvres peuvent contribuer à sublimer l’art.

J’ai appris qu’il y a trois familles d’artistes :
- Ceux qui se satisfont de traverser des portes existantes,
- Ceux qui élargissent des fenêtres déjà ouvertes,
- Et ceux qui avec leurs doigts ensanglantés essaient d’ouvrir de nouvelles brèches dans les remparts, par lesquelles entreraient de nouveaux rayons de soleil. Ce sont les avant-gardistes et les pionniers.
J’ai du respect pour tous, mais un révolutionnaire n’épargne jamais ses doigts, même pour une lueur.

Lettre 3 : Une histoire russe

Un passant, étranger, remarqua, sur une petite place dans un village en Russie, ou quelque part, un service de garde qui surveillait la place jour et nuit. Il demanda à des passants, et même aux gardiens, la raison de cette garde, alors que la place était quasi vide, mais n’obtint qu’une réponse : on ne sait pas ! Il enquêta dans les archives du village sur les raisons de ce service. Il découvrit alors que plusieurs dizaines d’années auparavant, une tzarine avait reçu en cadeau d’anniversaire une étrange rose d’un prince français. La rose était tellement exotique qu’elle décida de la planter dans son jardin, et demanda qu’une garde soit montée pour la surveiller. La rose fanât et disparut ; la tzarine mourut, mais personne ne donna l’ordre d’abroger ces instructions, qui se perpétuaient depuis. …

Cher jeune révolutionnaire, dans notre esprit il y a toujours des soldats qui montent une garde qui n’a plus de raison d’être et auxquels on s’accoutume. N’hésite pas à les renvoyer à l’histoire.… L’esprit libre est tout ce qu’il y a de plus précieux pour une révolution.

Lettre 4 : Du simple au complexe

L’être humain est complexe…par et dans sa pensée.
J’ai souvent rencontré des gens qui avaient une main de Platon ; une jambe d’Al Ghazali ; la poitrine de Sartre et les cheveux de Descartes. Certains sont fiers de s’inscrire dans la modernité, alors qu’ils puisent leurs convictions dans des puits de l’histoire de l’humanité très profonds. D’autres se prévalent d’être ancrés dans la tradition et ils supplantent dans leurs gestes quotidiens les plus avant-gardistes.
Et tu souffriras, jeune révolutionnaire, pour distinguer le conscient de l’inconscient, le vieux du récent. Et chaque fois tu dois inventer de nouvelles méthodes et de nouveaux discours pour convaincre et persuader.

Ne te fie pas à ce qui t’apparaît simple, car les lois simples sont des "vérités mutilées et des images ébauchées". Ne glorifie-t-on pas dans notre système de pensée le Discours de Descartes, et ne fait-on pas l’apologie du simple qui conduit, inéluctablement, au complexe ? N’y-avait-t-il pas, en apparence, plus simple que l’atome d’hydrogène, qui s’est avéré un complexe alcalin dégénéré, entouré de perturbations qui rendaient impossible sa compréhension et sa mise en équations et priva de sommeil les plus érudits des scientifiques?

Rappelles-toi, jeune révolutionnaire, que rien n’échappe à l’usure. Et la pensée humaine en est la première à en souffrir.… Dans la science, l’usure de l’esprit conduit à quelques années de retard. Mais dans les sociétés, l’usure installe les contre-révolutions pour des siècles.

Si tu es révolutionnaire, tu aiguiseras ta pensée chaque jour, et tu ne dormiras pas dans la même demeure plus que quelques nuits. Car, ailleurs, il y aura toujours un lit plus confortable,… un lit différent.
M.N.B


Soyez des journalistes citoyens
Cette rubrique est aussi la vôtre. Si vous souhaitez exprimer vos coups de cœur, coups de gueule ou revenir sur n’importe quel sujet qui vous tient à cœur, un événement qui vous interpelle, vous pouvez le faire en nous faisant parvenir vos écrits en cliquant  ici.
GlobalNet se fera un plaisir de les publier, avec ou sans la signature de leurs auteurs. Vous avez tout à fait le droit de garder l’anonymat ou de signer avec un pseudo.

Lettre à un jeune révolutionnaire





 

Commentaires 

 
-1 #5 RE: Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)
Ecrit par zzzzzzzzz     08-04-2011 15:45
l histoire russe et bien
ou pourrait changer le nom par histoire iranienne.
 
 
-1 #4 RE: Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)
Ecrit par Néjib BOUJNAH     31-03-2011 19:11
@Tahar,
Bonjour,
Quand on publie un texte, c'est certainement pour faire passer un message, mais aussi pour le partager et le discuter, voire l'enrichir. Dans l'article précédent ( Après la révolution...la révolution du Dr Nizar Mansour) on est arrivé à parler de la révolution culturelle...J'essaie d'y mettre ma pierre..Sachant que l'écriture n'est jamais innocente...
 
 
-1 #3 RE: Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)
Ecrit par Tahar     30-03-2011 10:11
Bonjour,

Merci. Je les lirai et en discuterais avec vous, si vous le souhaitiez.
 
 
-1 #2 RE: Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)
Ecrit par Néjib BOUJNAH     29-03-2011 17:45
Merci. Ainsi qu'à Gnet pour cet espace.
Lettres à un jeune révolutionnaire, sont une vingtaine de lettres en tout.
La première lettre a été publiée dans cet espace le 6 mars. أمنيات و أشياء أخرى, publiée le 4 février.
Faire dérouler le menu ( sur le vif), juste à droite de cette page.
 
 
+1 #1 RE: Lettres à un jeune révolutionnaire (Suite)
Ecrit par Tahar     29-03-2011 17:22
@MNB

Bonsoir,

Bravo MNB pour ce petit morceau de bravoure. On est de plain pied dans la poésie et dans "la construction de situations" telle qu'imaginée par les futurs situationnistes en 57, où il était question, un peu comme dans votre texte, de l'exigence de "changer le monde", par le biais du "bouleversement de la vie quotidienne"...

Votre texte fait suite à un autre. Où puis-je lire le précédent?

Cordialement,

Tahar
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Sur le vif
  • Temps fort
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved