sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Lundi 20 Octobre 2014         

R.Ghannouchi n’exclut pas l’application de la chariâa dans la constitution

Imprimer Envoyer
Publié le Jeudi 23 Février 2012 à 17:32
Le mouvement d'Ennahdha a tenu, jeudi matin, une conférence de presse durant laquelle son président, Rached Ghannouchi, a présenté la composition du nouveau bureau exécutif. Rached Ghannouchi, qui a été maintenu à son poste à la tête du mouvement, est revenu durant ce point de presse sur des sujets chauds comme celui de l'affaire UGTT ou celui de la Syrie.

L'avenir du parti : Le leader du mouvement d'Ennahdha a souligné, dès le début de la conférence de presse, les objectifs du parti : "Le mouvement d'Ennahdha a organisé ce point de presse pour clarifier sa position quant à ce qui se passe dans le pays".  Suite à la nomination de plusieurs membres du parti dans l'actuel gouvernement, un nouveau bureau exécutif a été composé. Si Rached Ghannouchi a gardé son poste de président, celui du vice-président a été attribué à Abdelhamid Jelassi. Malgré le fait qu'il occupe le poste de chef du gouvernement, Hamadi Jebali continuera à occuper le poste de secrétaire général. Selon Ghannouchi, qui confirme qu'il ne compte pas rester à la tête du mouvement après le prochain congrès "ce poste n'exige aucune disponibilité".

Interrogé sur le risque que court le parti avec les nombreuses nouvelles adhésions, le chef du mouvement trouve "qu'il faut que les nouveaux soient conscients des objectifs d'Ennahdha pour éviter les problèmes". Ghannouchi a également tenu à rappeler aux membres du parti qu'il n'est pas question de profiter des mosquées pour parler politique : "La mosquée n'est pas faite pour la campagne électorale. C'est un lieu consacré à la prière et au savoir".

A propos de la Troïka : La coalition du parti d'Ennahdha avec le FDTL et le CPR a surpris. Ghannouchi que trouve que l'idée était bonne : "C'est un choix fait avant les élections qui est nécessaire et stratégique pour la réalisation des objectifs de la révolution. La coalition entre un parti islamique et deux autres partis différents (laïcs ?) est un acquis et que nous pouvons consolider pourquoi pas élargir. J'invite les autres partis à continuer à fusionner parce qu'il n'est pas normal qu'un pays comme la Tunisie compte 120 partis".

Pression sur le nouveau gouvernement : Rached Ghannouchi a tenu, durant la conférence de presse, à appeler les gens à être plus patients surtout que le gouvernement vient tout juste de se composer : "Les gouvernements ne sont jugés en général qu'après cent jours de travail. Il est encore tôt de porter un jugement sur ce qu'il fait. Les ministres sont encore en train de composer les groupes avec lesquels ils vont travailler. Le gouvernement a réussi à réaliser des choses positives jusque là. Il a amélioré les relations avec plusieurs pays et sur le plan local, la gestion des dernières catastrophes a été bonne. Les dirigeants du pays comptent aider les pauvres et permettre à la Tunisie de retrouver un certain équilibre entre les différentes classes sociales".

Ghannouchi: "Tous les Musulmans sont des Salafistes" : Depuis quelques temps, la tension est montée d'un cran entre les groupes qui se disent "Salafistes" et leurs opposants. Les incidents sont devenus de plus en plus fréquents. Le président du mouvement d'Ennahdha s'est exprimé à propos de ce sujet : "Tous les Musulmans sont des Salafistes puisqu'ils suivent tous le Coran et la Sunnah. Mais il y a des gens qui adoptent l'extrémisme et d'autres traitent certains de mécréants et usent de la force pour atteindre leurs objectifs. Le dialogue est la seule solution". Quant à la visite de Wajdi Ghenim en Tunisie, qui a fait couler beaucoup d'encre, Ghannouchi trouve que l'ancien régime a sa part de responsabilité dans ce qui se passe actuellement : "C'est à cause du vide provoqué par la fermeture de la Zitouna depuis l'indépendance. Les anciens dirigeants du pays ne se sont pas arrêtés là puisqu'ils ont combattu les gens qui priaient, qui avaient une barbe et les femmes voilées. La Tunisie paye actuellement le prix de l'extrémisme laïc".

La nouvelle constitution : Le chef d'Ennahdha a parlé sur la possibilité d'appliquer la Chariâa dans la nouvelle constitution : "Au niveau d'Ennahdha, le sujet a été soulevé mais nous n'avons toujours pas pris de décision. Bourguiba, qui était laic, ne s'est pas permis de changer des lois qui sont citées dans le Coran. Jusque là, plusieurs projets ont été évoqués mais il n'y a rien d'officiel ".

L'affaire UGTT : L'union générale des travailleurs tunisiens a été, durant les trois derniers jours, la cible de plusieurs personnes mécontentes suite à la grève des agents municipaux. Les sièges de l'UGTT ont été attaqués et le mouvement d'Ennahdha a été pointé du doigt. Rached Ghannouchi a déclaré que son parti n'est en aucun cas responsable de ces incidents : "L'UGTT est une organisation historique et nous tenons à ce qu'elle continue à défendre les travailleurs et les adhérents. Le gouvernement compte sur elle pour atteindre les objectifs de la révolution. En ce qui concerne l'implication de notre parti dans ce qui s'est passé ces derniers jours, je dis que celui qui a une preuve, qu'il la montre pour que les coupables soient jugés. Normalement, une personnes est innocente jusqu'à ce qu'on prouve son implication dans un crime. Ici, c'est le contraire. Il ya des gens qui voudraient semer la zizanie entre Ennahdha et l'UGTT ou entre cette dernière et le gouvernement".

L'affaire du directeur général d'Attounissia : interrogé sur son avis à propos de l'arrestation de Nasreddine Ben Saida, suite à la parution dans la une de son journal de la photo du footballeur allemand d'origine tunisienne, Sami Khedhira en compagnie d'une femme nue, Rached Ghannouchi a déclaré qu'il était contre l'emprisonnement des journalistes et qu'Ennahdha et le gouvernement n'ont rien à avoir avec ce qui s'est passé. Il a également souligné que Ben Saida a été jugé comme si la Tunisie était sous l'ancien régime et qu'Ennahdha défend la liberté d'expression. Il a ensuite appelé les médias à faire preuve de plus d'objectivité et de métier.

La conférence des amis du peuple syrien : La Tunisie organise vendredi la conférence des amis du peuple syrien. Selon Ghannouchi "le gouvernement a accepté l'idée pour soutenir le peuple syrien qui souffre depuis environ un an mais il n'est pas question qu'une intervention militaire soit faite en syrie". Il s'est également dit "étonné de voir des gens défendre un régime sanguinaire".

A propos du Qatar : Le chef du mouvement d'Ennahdha a remercié le Qatar qui, selon lui, a soutenu la Tunisie durant la révolution : "A travers la chaine Al Jazeera, le Qatar a été l'unique soutien du peuple tunisien durant la révolution. Le Qatar ne constitue aucun danger sur notre pays et ne nous donne aucun ordre. La preuve ? Nous n'étions pas d'accord avec eux à propos de l'intervention étrangère sur le sol syrien.  Mais les gens qui veulent nous priver d'investisseurs lancent des rumeurs infondées. Nous voudrons que la Tunisie soit ouverte à tous, à avoir des relations avec tout le monde pas seulement avec l'occident comme ce fût le cas depuis l'indépendance. Tous les pays qui voudraient apporter un plus et qui voudraient investir en Tunisie sont les bienvenus".

L'Arabie Saoudite refuse l'extradition de Ben Ali : La visite du chef du gouvernement, Hammadi Jebali, n'a rien apporté de nouveau à propos de l'ancien président tunisien, Zine El Abidine Ben Ali. Selon Ghannouchi, le gouvernement n'a toujours pas laissé tomber l'affaire : "Le premier ministre a discuté avec les autorités saoudiennes à propos de l'ancien président mais les Saoudiens refusent toujours son extradition. Ceci n'aura pas d'incidences sur les relations entre la Tunisie et l'Arabie Saoudite. Sinon, nous devrons également à réagir avec le Canada qui abrite Belhassan Trabelsi et le Qatar qui a reçu Sakher Matri".

Anis Ben Othman





 

Commentaires 

 
-1 #13 C'est un fait
Ecrit par Sami Boussoffara     25-02-2012 12:50
D'abord une précision, on n'applique pas Ascharia dans la constitution, on peut l'y intègrer et on encore s'en inspirer le cas échéant. Ensuite, je suis tout à fait d'accord avec Khammous, Aschariaa est l'une des sources de nos lois depuis 5O ans, que dis-je, depuis 1350 ans.
 
 
+1 #12 Constitution invalide
Ecrit par khammous     25-02-2012 00:24
°°Le chef d'Ennahdha a parlé sur la possibilité d'appliquer la Chariâa dans la nouvelle constitution°°
Deux remarques;
1/ Ce °courage et ce militantisme ° de Rached Ghannouchi qui °°ose°° proposer l'application de la Chariaa comme si c'était une prophétie ou quelque chose de révolutionnaire n'est que tromperie vis à vis de ses propres sympathisants.... Eh effet il ment à ses fidèles et leur fait du bleuf... La raison en est que la Chariaa est déjà la source d'inspiration de la Constitution de 1959..
Ghannouchi le sait mais il veut l'ignorer car s'il était honnête et le reconnaît il se trouvera démuni d'un cheval de bataille..Il n'apporte rien de nouveau sauf peut être créer les conditions d'un conflit de société, jeter les bases d'une discorde nationale et l'effritement de la petite Tunisie et être l'artisan d'une °fitna°° basée sur de fausses interprétations de la réalité du pays..
Beaucoup de ceux qui avaient voté pour son parti sont aujourd'hui perplexes car ils ne s'identifient en rien avec ses positions...
2/ Toute Constitution non fondée sur un consensus général et sur une concorde nationale n'a aucune chance de perdurer La 1ère Constitution de la Révolution Française n'a pas duré plus que trois ans car elle était établie sur fonds conflictuel entre les nobles privilégiés et le petit peuple... Pourtant la déclaration des droits de l'homme figurant dans la même constitution est maintenue jusqu'à ce jour car elle avait un caractère universel et fédérateur..
.Rached ghannouchi doit comprendre qu'on ne peut rien constituer sur fonds de conflit existentiel et sociétal S'il croît pouvoir imposer ,°°sa°° constitution à l'ANC par vote la logique équivaudra à ce que la majorité une fois changée la Constitution s'en va avec elle.. S'il ne se plie pas à la volonté générale du peuple en acceptant le consensus la longévité de °°sa°°constitution sera celle d'un feu de paille..

SI C'EST LA CAS SA CONSTITUTION NE DURERA PAS PLUS QUE LE TEMPS D'UN MANDAT..
 
 
+11 #11 Discours politique unilatéral
Ecrit par tito     24-02-2012 13:33
Ennahdha, l'ange gardien des tunisiens : arrêtez vos mascarades, essaayons de dresser un petit bilan :
1. Les salafistes occupent les université et font leurs cinéma (prière et sit-in et provocations, etc): aucune réaction du gouvernement lâche.
2. Les salafistes attaquent, brûlent des établissements publiques et sément la terreur à Jendouba et le porte parole du ministère de l'intérieur fraichement nommé les qualifie de CITOYENS.
3. Un journaliste emprisonné pendant 7 jours pour avoir publié une photo et les juges étaient au courant de ce qui allait lui arriver avant même son arrestation (INDEPENDANCE DE LA JUSTICE)
4. Les Nahdhaouis adhèrent massivement aux bureau régionaux de la ligue des droits de l'homme pour faire une main mise sur cette institution indépendante aux prochaines élection (encore une courte INDEPENDANCE)
5. Cette même ligue a été empêchée de visiter les prisons alors même que les journalistes de Hannibal TV s'y sont promenés pendant de longues heures???
5. Un Ministre des droits de l'homme qui non seulement fout dehors des journalistes lors d'un meeting avec l'opposition, mais donne son avis sur l'affaire BEN SAIDA et traite les opposants de tous les noms, quel culot?
6. Les citoyens Nahdhaouis jettent les ordures devant les sièges de l'UGTT, on n'a pas besoin de preuve mr ghannouchi, on sait aussi que c'est des CITOYENS.
7. Des groupes terroristes arrêtés à Bir Ali Ben Khelifa et d'autres s'entrainent sur les hauteurs de sidi bouzid et le gouvernement fait l'oreille sourde.
8. Les mosquées sont devenues des locaux de hezb ettahrir, les imams sont devenus des hommes politiques et les vrais citoyens désertent les mosquées.
9. Les tunisiens ne regardent plus le journal de 20H sur la watanya mais plutôt sur Nessma TV qui est entrain de donner des leçons au gouvernement qui la condamne pour des idioties.
10. Et pour finir, la politique etrangère, l'économie -finance, la culture et les affaires sociales et l'enseignement supérieur, souffrent le martyr avec une bande de ministres gravement incompétents.
Ne parlons pas de l'introduction de la chariâa dans la constitution d'un pauvre pays dont les vrais citoyens ne cherchent que la paix. Le gouvernement est entrain d'annoncer la guerre civile par cette bombe à retardement. On est tous musulmans et chacun doit exercer sa religion comme il le veut, la Tunisie ne vous appartient pas et n'appartient pas qu'aux musulmans, et les autres citoyens non musulmans que ferons nous avec? on les renvois où? ils sont dans leurs pays non? La Tunisie restera toujours un pays musulman avec ou sans les exès de ces soit disant musulmans qui ne connaissent rien de l'Islam. Notre Tunisie et notre religion doivent rester une fierté pour nous tous. Unisssons nous et donnons des leçons de sagesse à ces malheureux extrémistes.
 
 
+6 #10 RE: R.Ghannouchi n’exclut pas l’application de la chariâa dans la constitution
Ecrit par Zico     24-02-2012 12:18
Ghannouchi, qui déteste bourguiba est lui même tellement ennuyeux, tellement détestable. Quand il parle, il n'a jamais un discours rassembleur. J'ai jamais l'impression qu'il aime vraiment son pays. Il parle toujours comme s'il s'adressait a une seule frange de ses militants aveuglé par une idélologie sortie des archives de l'histoire.
 
 
+1 #9 RE: R.Ghannouchi n’exclut pas l’application de la chariâa dans la constitution
Ecrit par lecteur     24-02-2012 10:46
et le Bahrein? qu'en est il de leur révolution?
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved