sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 18 Septembre 2014         

Tunisie/Environnement, 50 espèces végétales menacées de disparition

Imprimer Envoyer
Publié le Samedi 04 Juin 2011 à 16:14
Le 5 juin est la Journée mondiale de l’Environnement, sous le titre, « Forêts : La nature à votre service ». Une occasion qui a réunit ce matin, Mokhtar Jellali, ministre de l’Agriculture et de l’Environnement du gouvernement provisoire, ainsi que plusieurs cadres de son cabinet avec les médias tunisiens, pour exposer la situation environnementale en Tunisie. En effet, l’écologie qui représente un axe important dans les programmes électoraux des pays nordiques, est chez nous, le parent pauvre des préoccupations politiques. Nous ne sommes pas les seuls, si cela peut consoler certains, c’est le cas de l’écrasante majorité des pays en voie de développement. Pourtant, il s’agit d’un sujet vital, dont dépend la pérennité de l’écosystème et par conséquent l’existence humaine.

Après évaluation et diagnostic des richesses naturelles tunisiennes, il en ressort que 219 espèces maritimes et terrestres sont menacées de disparition, dont 50 espèces végétales.  Alors que l’écosystème tunisien compte 7212 espèces animales et végétales dont 3749 espèces terrestres et 3463 espèces maritimes.  Par ailleurs, l’écosystème tunisien vit une perpétuelle pression, principalement à cause de la surexploitation de son littoral, qui réunit près de 70% de la population totale de la Tunisie, et 90% des activités industrielles et touristiques. Le réchauffement climatique, l’usage anarchique des propriétés maritimes, la hausse du niveau des eaux, jouent un rôle important dans l’érosion maritime. Les ressources halieutiques ont été particulièrement menacées durant ces derniers mois, à cause de la pêche intensive et illégale. Ce qui a amené les autorités à installer des récifs artificiels au sud des îles Kerkennah pour empêcher ce genre de pratique. « A une époque la banlieue nord de Tunis avait une plage au sable blanc, aujourd’hui ce n’est plus qu’un amas de rochers où il est impossible de se baigner. Un programme de réhabilitation est prévu pour cette région, en collaboration avec les Nations Unies », a dit le ministre. 
 
Dans le monde, les systèmes forestiers sont parmi les écosystèmes les plus touchés par la surexploitation. Ils contiennent pourtant 70% des espèces végétales terrestres et fournissent du travail et du bois à près de 1.6 milliards de personnes. Néanmoins, la superficie des forêts rétrécit chaque année de 13 millions d’hectares. La Tunisie possède 1.3 millions d’hectares de forêts, ce qui représente 13% de la superficie totale du pays, sans compter les plages et les régions désertiques. Un responsable du ministère de l’Agriculture et de l’Environnement assure que le système forestier tunisien augmente d’une année à une autre, mais que le souci majeur consistait en le manque d’entretien. Il a également affirmé qu’actuellement le ministère procède au recrutement de 70 gardes forestiers et ingénieurs, pour renforcer les équipes déjà en place, et dont le nombre est aux alentours de 400 personnes.

A cours de cette rencontre, Mokhtar Jallali, a évoqué la question des déchets toxiques et la fermeture du centre de traitement des déchets de Jeradou, dont l’existence est objet de polémique. «Le tribunal a nommé trois experts, pour trancher quant au sujet du niveau de toxicité du site et si oui ou non il va être rouvert. Sinon il sera déplacé. Actuellement, les riverains de Jeradou ont empêché les techniciens d’accéder au centre pour entretenir les équipements. Ils ont même creusé le sol et déterré des déchets, qui je l’espère n’aura pas de fâcheuses conséquences sur la santé des habitants », dit le ministre. Entre temps, les usines qui produisent des déchets toxiques, ont été priées de les garder, jusqu’à décision de justice.  
 
Il faut savoir que la Tunisie produit 150 mille tonnes de déchets industriels par an, et 2.8 millions de tonnes de déchets ménagers, soit 0.7 kg par personne et par jour. 
 
Dans la foulée, le ministre a passé en revue, l’assainissement des eaux usées qui pose problème surtout dans les quartiers populaires. « Ces quartiers ont été bâtis illégalement, au vu et au su des autorités et sans plan d’aménagement. Si La STEG et la SONEDE peuvent les raccorder à l’électricité et à l’eau, ce n’est pas le cas de l’ONAS, qui y trouve beaucoup de difficultés. Ces quartiers souffrent d’une mauvaise gestion des eaux usagées », explique le ministre. L’Agence Française de Développement a accepté de financer un projet national qui consiste à raccorder les quartiers défavorisés au système du traitement des eaux, ainsi que l’installation de nouvelles stations s’assainissement dans les régions défavorisées. Un programme qui concerne 200 cités, 24 régions, et 11 gouvernorats.

Au sujet des campagnes de lutte contre les moustiques, le ministre a avancé que le ministère s’occupe d’aider matériellement les municipalités pour l’accomplissement des traitements, mais que les circonstances particulières de cette année, et l’absence de conseils municipaux ont fait que la campagne a tardé. Lors de ce rendez-vous le ministère a appelé à ce que les citoyens se montrent responsables face aux ressources naturelles, et a déploré les actes de pyromanie et de vandalisme qui ont ciblé des forêts et des parcs nationaux, durant la révolution. Il a aussi appelé à la l’usage rationnel des produits chimiques, du fait de leur impact nuisible et irrémédiable sur l’environnement. 
Chiraz Kefi
 

Commentaires 

 
0 #5 Un secteur porteur
Ecrit par Sami Boussoffara     05-06-2011 15:33
La question environnementale est effectivement vitale car elle traduit des enjeux inégalables, ceux de la pérennité de l’écosystème et à terme, ceux de l’existence même de l’Homme. A plus court terme, les activités qui relèvent de la protection de l’environnement constituent un important potentiel d’investissement, d’emplois et d’acquisition technologique. Dans ce domaine, la Tunisie a pris une avance relative sur la plupart de ses voisins mais un retard certain sur ce que peuvent permettre ses compétences et ses structures. Si des responsables à très haut potentiel sont nommés au sein de ce département, il sera possible d’envisager de grandes réalisations. Je pense, entre autres, au reboisement et aux filières agricoles connexes, à l’assainissement et aux filières du traitement de l’eau et à la gestion des déchets et aux activités de recyclage. Cela devra cependant attendre les élections et l’installation d’un gouvernement qui bénéficiera de l’avantage de la durée.
 
 
0 #4 RE: Tunisie/Environnement, 50 espèces végétales menacées de disparition
Ecrit par Mak10     05-06-2011 09:30
normal que c'est plus important de s'occuper de et s’inquiéter de l’évolution ou plutôt dégradation de l'environnement, que de s'occuper d'une affaire de tribune !
ces tribunes auront la paix d'ici peu de temps et après, a cause d'une chevre qui passe d'une tribune a une autre , la "guerre" sera de retour !! non merci je ne veux pas vivre dans MON pays au rythme des tribunes ou des clans! c'est leur choix et ca leur regarde !
 
 
0 #3 ???
Ecrit par Mak10     05-06-2011 09:21
2011 et on parle de 3rouchiya ! Merci, je prefere passer a autres choses.
 
 
0 #2 Metlaoui, et alors ?
Ecrit par Kifaya     05-06-2011 06:09
On enterrera les morts, on coffrera et donnera la perpet aux assassins. Y en marre de se faire pourrir la vie par des bandits et larcins. Je prefere qu’on parle plutôt de l’envenimement, du progrès et de l’avenir de la…majorité qui veut vivre dignement et sereinement.
 
 
0 #1 Wake up.
Ecrit par Sami Boussoffara     04-06-2011 18:34
Bonjour Messieurs/Dames de la rédaction. Êtes-vous au courant de ce qui ce passe à METLAOUI ? Merci de ne pas altérer la qualité du service journalistique à laquelle vous nous avez habitués...

NDLR
Veuillez trouver les informations relatives aux événements de Metlaoui dans notre rubrique "National". Avec toutes nos excuses pour ce retard.
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved