sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mercredi 22 Novembre 2017         

Tunisie/ Terrorisme : Les sécuritaires doivent être écoutés, loin des bras de fer !

Imprimer
Publié le Jeudi 02 Novembre 2017 à 17:13
Poignardé hier, mercredi 1er novembre, en plein exercice de son devoir professionnel au Bardo, le commandant Riadh Barrouta succombe à ses blessures en ce début d’après-midi de jeudi, et rejoint la longue liste des martyrs des institutions sécuritaire et militaire, visés dans différentes opérations terroristes, au cours de ces dernières années.

Cette attaque ignoble, perpétrée visiblement par un loup solitaire - aucune appartenance à une organisation terroriste n’ayant été jusque-là révélée pour son auteur, Zied Ben Salem Gharbi, rappelle encore une fois, que cette pensée dévoyée est largement répandue dans notre pays, en témoigne le flux incessant des communiqués du ministère de l’Intérieur, faisant état de démantèlement de cellules terroristes, d’arrestation de terroristes présumés et d’éléments takfiris ; ceux qui avouent prêter allégeance à Daesh, font l’apologie du terrorisme, et incitent, par réseaux sociaux interposés, à la perpétration d’actes criminels, pour semer terreur et déstabilisation.

La riposte sécuritaire au terrorisme est allée en se renforçant, depuis que ce fléau a surgi brutalement en Tunisie, enchaînant les attaques dans une tentative d’attenter à la sécurité et à la stabilité du pays. Son acharnement a été, néanmoins vain,  confronté qu’il était par l’Etat et ses appareils sécuritaire et militaire, qui malgré des moyens peu ou prou modestes, ont montré une solidité et une résilience à toute épreuve.

Police, garde et armée nationales agissent d’ores et déjà par anticipation, parvenant, grâce à une vigilance de tous les instants, à déjouer de nombreuses attaques, à éliminer et à arrêter des terroristes dangereux, et à épargner ainsi au pays les affres d’opérations terroristes, pouvant lui coûter cher, en termes sécuritaire, économique, politique, social, etc. Une alerte permanente qui ne signifie pas hélas, le risque zéro, comme le prouve l’opération meurtrière d’hier que l’on espère être la dernière.

Cet effort sécuritaire doit continuer ; le pays compte en cela sur la détermination et la ténacité de ses dispositifs militaire et sécuritaire, mais l’éradication du terrorisme et son extirpation à la racine, requièrent d’autres moyens de lutte, comme le fait de s’attaquer, par la promotion de l’éducation et du savoir, à cette malformation acquise de la pensée, qui puise son fondement dans une lecture  erronée du texte religieux et du message de l’Islam. Ce combat ne peut être, de surcroît, gagné, sans emporter la bataille économique, et amorcer le processus du développement intégral et inclusif, de manière à donner de l’emploi et de l’espoir aux jeunes, de les sortir de la marginalisation et la précarité, et de les immuniser contre toute vulnérabilité sociale et économique, les rendant réceptifs à l’endoctrinement idéologique, et faisant d’eux une proie facile pour le fanatisme et l’obscurantisme. 

Et on ne le répétera jamais assez, la guerre contre le terrorisme requiert l’union sacrée. Plus la société est soudée dans ses différentes composantes politique, sociale, civile, sécuritaire et populaire, plus elle renforce son immunité et ses moyens de défense devant le terrorisme.

La société entière partage aujourd’hui la peine de la large famille sécuritaire suite à la disparition tragique de notre compatriote, le martyr Riadh Barrouta.

Personne ne peut ne pas être compréhensif envers la colère des sécuritaires, et leurs revendications légitimes d’être protégés pour protéger le pays, et son invulnérabilité, et préserver les vies et les biens publics et privés. Le pouvoir politique doit être tout ouïe à leur parole, et faire de son mieux pour leur assurer les garanties nécessaires, et les prémunir contre les risques du métier, mais tout cela doit être engagé par le dialogue, loin des bras de fer, et des ultimatums, qui ne sont dans l’intérêt de personne, outre leurs conséquences redoutables pour le pays. 

Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved