sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Dimanche 26 Mars 2017         

Tunisie/ Pro et anti-légitimité : Halte à la manipulation de la rue !

Imprimer Envoyer
Publié le Lundi 05 Août 2013 à 13:30
La manipulation de la rue est un jeu dangereux. La Tunisie mène la guerre au terrorisme, et mobilise toutes ses capacités militaires et sécuritaires, pour déjouer le plan diabolique de ceux qui veulent propager la culture de la mort et de la destruction dans nos contrées. L’heure est grave, et le danger est désormais à nos portes…une situation inédite en Tunisie, le seul moyen d’y faire barrage est de décréter l’union sacrée ; un objectif jusque-là inatteignable au regard de la crise politique qui perdure.

La classe politique s’enlise dans une discorde profonde autour de l’agenda et de l’approche devant présider au reste de la période transitoire, sur fond d’une radicalisation apparente des positions et d’une mobilisation des masses populaires dans la rue. L’opposition, incarnée notamment par le Front populaire et Nida Tounes, ne change pas d’un iota sa position, et réclame instamment la suspension de la période transitoire, avec la dissolution de l’ANC et toutes les institutions qui en émanent, la chute du gouvernement, et la formation d’un gouvernement de salut. Des revendications estimées outrancières dans le camp adverse, notamment par le mouvement Ennahdha, qui pointe les visées putschistes de l’opposition. Son chef Rached Ghannouchi a opposé samedi une fin de non-recevoir à l’appel de ses adversaires, affirmant que "l’ANC et Ali Laâridh sont des lignes rouges".

Cette bataille rangée se déroule dans la rue, au gré des sit-in et des rassemblements populaires. Chaque camp cherche à faire valoir son point de vue en ralliant les masses à sa cause. A qui attire les plus grandes foules pour désarçonner ses contempteurs, et convaincre l’opinion du bien-fondé de sa vision. Les deux clans rentrent dans une espèce de surenchères sur leur capacité de mobilisation, considérée, à tort, comme baromètre de leur popularité. Les deux persistent dans l’erreur, et risquent de payer cher leur entêtement. Le recours, voire la manipulation de la rue est un jeu dangereux qui peut, à tout instant, échapper à la maîtrise des politiques, outre le fait qu’il donne une image déplorable de la Tunisie, en la montrant divisée, et fragilisée au moment où son unité est plus que jamais requise.

En recourant à l’arbitrage de la rue, les politiques, pouvoir et opposition, scellent leur rupture, et font un aveu d’échec quant à leurs dispositions et leur capacité à parvenir à une solution dans les institutions, autour d’une table de dialogue. Haranguer la foule sur les esplanades et les places publiques revient à souffler sur les braises, à dresser les Tunisiens les uns contre les autres, et à faire fi du principal slogan de l’étape, celui de la cohésion et de la concorde nationale.

Il est quand même étrange que les défis sécuritaires auxquels l’on se heurte, et que l’abnégation et le courage de notre armée nationale et nos forces sécuritaires à combattre le terrorisme, au péril de leur vie, n’aient pas fait prendre conscience à la classe politique de la gravité de la conjoncture, et ne l’aient pas incité à laisser de côté ses intérêts partisans étriqués, et à faire transcender l’intérêt suprême de la Tunisie en optant pour la voie du dialogue et du consensus.

L’essentiel n’est pas aujourd’hui de savoir qui se maintient au pouvoir ou qui y accède, mais la priorité est de faire baisser la tension, de favoriser la réconciliation nationale et d’apaiser le climat pour sortir de l’impasse actuelle, et se rassembler derrière ceux qui sont en train de défendre avec bravoure l’invulnérabilité et l’inviolabilité de notre territoire. Il faut, pour ce faire, écouter les voix de la raison et de la sagesse.

Entre les positions inconciliables des deux camps, il y a des initiatives, relevant de partis politiques ou d’indépendants, qui cherchent à rapprocher les points de vue et favoriser le consensus. Elles restent peu ou prou inaudibles au regard de l’obstination criée sur les toits des pro et anti-légitimité. Ces initiatives prônent pour l’essentiel le maintien de l’Assemblée nationale constituante et la formation d’un gouvernement d’unité consensuel qui nous acheminera rapidement vers des élections. Cela paraît jouable pour peu que les rivaux politiques se résolvent à faire des concessions et aller vers une solution rapide, car le temps joue nettement à notre désavantage. L'incertitude persistante ne va que compliquer davantage une situation sociale, économique et sécuritaire inextricable, et rendre ses conséquences difficilement gérables.

H.J.

 

Commentaires 

 
-6 #3 Balayez devant votre porte !!!
Ecrit par SDF     06-08-2013 17:44
Dois-je rappeler qui a commencer ce jeu dangereux?

Eh, oui! Quand on joue avec le feu, on fini par se brûler les doigts...

ARRETEZ de nous emm*rder avec ces histoires de chute du gouvernement et de l'ANC, seule institution légitimement élue en Tunisie depuis son indépendance!

Vous parlez de démocratie? Alors sachez attendre les prochaines élections, ou ayez le courage de votre opinion et reconnaissez que vous n'êtes que des anarchistes!
 
 
+6 #2 propagande
Ecrit par Royaliste     06-08-2013 08:28
qui a libéré les terroristes?
qui les a financé?
qui a toléré les camps d'entrainemetn de Chaanbi?
qui a laissé infiltrer les armes?
qui a formé ses milices?
qui a envoyé nos jeunes par miliers semer la mort en Syrie?

une seule réponse : nahdha

vous aprlez de situation inédite en Tunisie, laissez moi vous rappelez le climat de haine de l'Été 87 et qui était derrier cela : encore une fois nahdha

nahdha est le probléme et ne peut pas ramener de solution.

PS: seul les naifs ont cru que nahdha voulait démocratiser le pays
 
 
0 #1 la Tunisie avant toute considération
Ecrit par ennahdamais     06-08-2013 05:30
je salut la décision courageuse d’arrêter le meeting qui a été un cinéma très couteux et grotesque du samedi et qui n’étais ni plus ni moins qu’une démonstration de haine et un encouragement a la division entre les Tunisiens et ne répond pas du tous a l’ aspirations du peuple Tunisien en cette période critique.
Pourquoi a-t-on fait ces dépenses faramineuses et qu’es qu’on a voulu démontrer ?
Ceci nous a rappelé plus les pratiques de l’ancien régime avec des shows similaires et nous a montré des personnalités confinés dans leur bulle loin des soucis réels de la population
Peut étre ont-ils voulu nous prouver leur désir d’ hégémonie ,soutenues par l’argent et non pas par le peuple alors qu’ils n’ont aucune conscience qu’ils ont mis le le pays dans une impasse sombre!!
Pourquoi cet entêtement pour vouloir nager seul et contre courant alors qu’il est évident que les Tunisiens piégés par leur naifeté de vote sont devenues de plus en plus malheureux .
Pourquoi vouloir imposer une nouvelle forme de dictature a un peuple libre qui a toujours rejeté toute forme de dictature.
Les Tunisiens n’ont pas chassé Ben ALI pour instituer une autre dictature.
Le message de Samedi a EL kasba n’étais pas le message que le Tunisiens ont voulu entendre de personnes politiques sensé être responsables et qui est majoritaire au sein de l’ANC .
Jene pert pas l’espoir et je veut croire les paroles de monsieur Ghannouchi ,quand il a dit vouloir œuvrer pour consolider l’ union des Tunisiens et c’est une très bonne intention mais tous les Tunisiens attendent aujourd’hui surtout qu’il continue le courage de faire plutôt les actes nécessaires et qui ne ferons que le grandir aux yeux des Tunisiens .
Les Tunisiens attendent maintenant les vraies actes qui vont les faire décoller de cette situation de déchirement.
Les Tunisiens attendent aussi du président de la république Mr MARZOUKI de sortir du silence et de remplir son rôle en faisant l’intermédiaire et d’unir les Tunisiens .
Le premier pas salué par tous et qui avait pour vocation d’éviter effectivement l’escalade absurde est la décision de lever le setting.
Pour prouver ses bonne intention Mr Ghannouchi et Mr MARZOUKI le président de la république ont tous a gagner en écoutant d’avantage les voix qui dénoncent les mauvaises pratiques actuelles qui nous rappellent ceux de l’ancien régime.
Ces pratiques sont devenues insupportables aujourd’hui et pour cause, il est exclu pour les Tunisiens
d’assister passivement sans réaction a l’établissement d’une nouvelle dictature sous une autre forme.
Aucune force ne pourrait plus jamais reproduire les pratiques de l’ancien régime.
J’espère que Monsieur Ghannouchi ainsi que Mr Marzouki le président de la république auront le courage politique pour donner les recommandations pour que le ministère de l’intérieure annule les nominations (faites par Mr LAARAIED ) de gouverneurs ,délégués et omdas qui ont été faites abusivement sur la base de l’appartenance politique sans avoir les compétences requise pour gérer a bien ces fonctions.
Pour ce faire ,Mr Ghannouchi ne doit pas non plus mettre les lignes rouges concernant le chef du gouvernement alors qu’il est conscient au fond de lui même comme tous les Tunisiens y compris ENNAHDA que Mr LAARAIED est au cœur de la polémique actuelle .
La Tunisie Avec en son sein ENNAHDA entre autre ne manque pas de compétences et il peut y avoir un consensus sur une personnalité qui fait l’unanimité comme Mr JBALI par exemple ,c’est Ennahda le premier gagnant quand il montre qu’il va dans le sens de l’ unité nationale par les paroles mais surtout par les actes .
Il faut savoir en politique, que la démission n’est pas une sanction mais un devoir apprécié par le peuple quand la mission ne peut plus être effectuée dans la confiance et la sérénité et les personnes n’ont aucune importance devant la réputation de leur partie ou plus encore devant l’intérêt suprême du pays(Mr LAARAID s’il vous plaie un peu de respect pour votre partie et la Tunisie démissionnez ,vous n’auriez que plus de considération vis-à-vis de tous ,le gouvernement continuera a exercer avec une autre personnalité ce n’est pas plus mal pour tous et cela fera avancer le pays et réconciliera les partenaires ,le pays est vraiment paralysé .grand merci )
Le regain de la confiance du peuple est primordial pour que les affaires reprennent.
J’espère que ENNAHDA a bien compris que les discours stériles de certains de ces membres ou les démonstrations de force de Samedi n’ont jamais prouvé quoi que ce soit et ne sont pas susceptibles de faire durer l’hégémonie et qu’il ne faut plus aller contre la volonté du peuple . L’exemple le plus probant est celui de l’ancien régime de Ben Ali . Bourguiba l’avait compris et a changé toujours l’élément défaillant pour préserver l’unité.
Aucun Tunisien ne veut plus revenir a une autre forme de dictature en Tunisie .
Notre pays est un pays a une grande proportion de personnes sages et compétant dans plusieurs domaines .
L’intelligence politique dicte aux responsables de détecter les failles et de les corriger rapidement et l’idéale était de les prévenir.
Notre peuple n’accepte pas qu’une formation met en péril son avenir ,car il est facile de détruire ce qui a été fait pendant 60 ans mais nous n’avons rien d’autre que nos ressources humaines que nul ne doit laminer et nous dicter des principes qui n’ont rien a voir avec nos traditions et notre savoir vivre que bien des peuples nous envient .
Les Tunisiens sont appréciés partout dans le monde et rendent des services notables a l’étranger avec la satisfaction de tous leurs partenaires et ceci est une image que nous ne permettrons a qui que ce soit de détruire de l’intérieure de la TUNISIE car c’est notre seul vrai capital acquis depuis l’indépendance .
Le développement de la Tunisie est une affaire de tous et toutes les personnes qui veulent être constructifs en Tunisie sont les biens venus.
Il faut donc sortir du cercle vicieux et je suis heureux qu’ENNAHDA semble avoir compris qu’il ne sert a rien de faire des démonstrations contre nature ,nos concitoyens ont l’ intelligence pour détecter les bonnes et mauvaises intentions a travers les actes et seulement les actes et jugent sur les actes et savent pertinemment qu’ il n’ya pas de fumée sans feu et ils sont experts pour détecter avec précision d’où viens le feu et il faut avoir la conviction qu’ils ne le laisserons pas détruire le tendre et le dur et qu’il sont plus expert de trouver le coupable et de lui faire subir le sort qu’il mérite .
Si plus de 60 députés (ou peu importe le nombre) ont quitté l’1/2 cycle, ceci n’est pas banale et il est naïf de nous faire croire qu’ils ne sont pas patriotes ou je ne sais quoi !!
Il ne faut pas les condamner abusivement ni les insulter , en tous cas le peuple ne le fait pas et les connais un par un et surtout connait pertinemment leurs qualité indéniables mais plutôt il faut maintenant les écouter et aller vers eux pour percer l’abcès et leur demander de nous expliquer pourquoi ont-ils pris cette décision. Ainsi nous pouvons comprendre alors qu’il faudrait certainement corriger le tir en toute intelligence et trouver un compromis et ne pas laisser pérenniser une situation qui est devenue désespérée et pourrait aller a l’escalade .
L’unité des Tunisiens dicte aux responsables d’ENNAHDA d’admettre vouloir l’unité nationale exige la démission de Mr LAARAID avec tous mon respect est devenue le symbole de la désunion actuelle des Tunisiens.
La Tunisie acceptera volontiers toute force qui le respecte et le comprend et agit rapidement pour réparer sans attendre les failles que tous le monde s’accorde a désigner.
Les Tunisiens n’acceptent aucune force politique quelque soit sa renommée ,si celle la ne respecte pas nos différences et ne considère pas notre passé car on ne peut pas lui donner confiance pour guider notre pays vers un meilleur avenir .
Aucun Tunisien digne de ce nom, ne peut accepter une idéologie venue de l’étranger qui a pour vocation de nous diviser.
Je pense que c’est dans l’intérêt de tous et surtout de ENNAHDA de ne pas se voiler la face et de procéder aujourd’hui avant demain, aux changements que tous les TUNISIENS s’accordent a considérer comme nécessaires et que je cite ci après et qui ont pour objectifs de réconcilier les Tunisiens envers les politiciens et les investisseurs et les touristes envers la Tunisie ;le président de la république Mr MARZOUKI a le devoir de les convaincre .
1/Annuler la mission du décideur général de la constitution monsieur HBIB KHEDR et le remplacer par une commission d’experts reconnues en droit constitutionnel et qui aura la tache de mettre les différents points de réconciliation notifiés par les commissions parlementaires , sans donner a une seule personne et en l’occurrence représentant d’un seul partie le pouvoir de faire des modifications non conformes aux accords préalables (ce qui est une des raisons que des parlementaires ont boycotté l’1/2 cycle )
2/Annuler ou modifier certains articles venant en contradiction avec d’autres entre autre avec l’article
1 ier, ce qui est aussi le rôle de la commission d’experts en droit constitutionnel.
Finir ainsi toutes les discutions sur les articles de la nouvelle constitution après accord des 2/3 sur tous les articles un par un et après mise au point par la commission d’experts dans un délais globale de 1 mois pour l’établissement définitive de la constitution de tous les Tunisiens .
3/Revenir sur la loi précisant les prérogatives de la commission supérieure électorale qui doit avoir son indépendance et qui ne l’est absolument pas sous la loi actuelle ,ce qui est aussi le rôle de la commission d’experts en droit constitutionnel .
4/ Si les 3 conditions précédentes sont réunies les parlementaires doivent trouver absolument le moyen pour élire le 9 éme membre de la commission suprême électorale et s’il est nécessaire du membre démissionnaire le plus tôt possible (dans moins de 7 jours) .
5/Organiser une commission indépendante élus ou ayant eu l’approbation par les parlementaires pour revoir toutes les désignations des Gouverneurs et des Déléguées et des Omdas pour annuler tous ceux qui ont été fait sur le critère d’appartenance politique sans avoir les compétences requises pour mener avec satisfaction leurs missions . Il faut libérer les mains de l’actuel ministre de l’intérieur qui ale sens de la responsabilité et de la république et il fera le nécessaire comme il a commencé a le faire au niveau sécuritaire.
Et pour quoi ne pas penser a les élire par les concitoyens de ces régions dans un avenir proche avec un regard du gouvernement et des populations locales sous forme de commissions mixtes d’évaluation s’établissant périodiquement pour évaluer leurs rendement et établir des projets réalistes en fonctions des moyens qu’ils ont réellement dans un cadre de bien pour la région en question .
6/Il est de l’intérêt de tous et surtout de Mr LAARAID de démissionner ,ce n’est pas parce qu’il n’est pas compétant mais parce que sa persistance dans ce poste est la garantie de la fin d’ENNAHDA et d’ un bilan qui sera catastrophique pour notre pays car il est impossible qu’il continue a gouverner dans ces conditions
Même si on suppose qu’il n’a aucune responsabilité directe sur ce qui se passe dans notre pays il est évident que le peuple est conscient qu’il a échoué sur tous les plans .
ENNAHDA doit donner des signes forts et affirmer qu’elle écoute le peuple.
Si toutefois ,Mr LAARAID et ENNAHDA n’ont pas compris ce message claire du peuple il est du rôle du parlement de leur faire comprendre en votant la destitution de ce gouvernement et si tous ceci n’est pas fait il est inéluctable que la situation ne fera qu’empirer et que c’est malheureusement la Tunisie qui va en subir immédiatement les effets de cette situation de rupture avec les gouvernants .
Ce serait une issus catastrophique, la Tunisie et les Tunisiens ne mériterons pas ceci et il est certain et bien entendu qu’ENNAHDA sera le premier qui sera sanctionné dans les élections prochaines et c’est vraiment dommage pour tous.

8/Mr le président de la république devrait persuader ses partenaires qu’Une personnalité intègre parmi un choix entre des personnalités reconnues par tous par leurs compétences , expériences et claire voyance ; devrait être désignée par les parties politiques et la société civile pour diriger le gouvernement et notre pays vers la réconciliation avec le peuple et sera susceptible de redonner aux investisseurs surtout Tunisiens et aux étrangers la confiance dans notre pays .
9/Cette personnalité qui sera le nouveau chef de gouvernement doit avoir les objectifs suivants dans son mandat pour la période restante de cette transition.
a/ Ordonner de geler immédiatement l’activité des soit disant ligues de protection de la révolution controversés par tous en attente que la justice les condamne en référé a les dissoudre le plus tôt possible et ce , dans les 2 mois puis pénalement suite a des plainte qui peut être portés par le procureur de la république et/ou par les parties politiques et UGTT qui ont souffert de leurs actes criminels .
b/Consolider notre sécurité en équipant prioritairement notre police et sureté nationale et notre armée par tous les moyens logistiques et morales et matériels et en réactivant les lois anti terroristes et ne plus être laxistes envers ceux qui veulent diviser notre peuple et notre pays et ceux qui veulent semer la violence et l extrémisme .
c/Donner des signes forts aux investisseurs pour revenir a notre pays et réinvestir . Nous ne somme ni l’IRAQ ni l’ALGERIE ,notre capital est la sécurité et les ressources humaines pour développer notre pays et attirer les étrangers et savoir vendre nos produits car la concurrence est rude

d/Garantir a tous les parties de pouvoir faire leurs meetings dans les conditions optimales en sécurisant les endroits et les personnes politiques .
e/ Frapper sur tous les groupuscules ou les personnes qui nuisent vraiment a notre pays ou qui constituent une menace a l’intégrité physique des personnes et a la démocratie naissante en instituant une justice impitoyable vis a vis des terroristes et des ligues reconnues par tous étant destructrices de notre démocratie .
Si ces conditions sont réunies ENNAHDA montrera qu’elle fait vraiment une rupture avec les mauvaises gestions du passé et n’a pas besoin d’instituer une loi d’exclusion et c’est le peuple qui exclura dans les urnes quand le moment viendra ceux qu’il ne veut pas .
ENNAHDA sera ainsi et certainement le premier gagnant et aura une contribution certaine dans la construction actuelle et future de la démocratie dans notre pays .
Il suffit ,il suffit ,il suffit ,,,,,,,, la Tunisie ne supporte plus ,le courage impose de faire de suite ces modifications et non pas des discours infructueux et qui manquent de pragmatisme et qui ne font qu’isoler les politiciens de leur peuple quoi qu’en dise .
La balle est dans le camp de Mr LAARAID pour accepter de démissionner et ceci va de la réputation et de la survie d’ENNAHDA
La balle est aussi dans le camp d’ENNAHDA par le biais de Mr Ghannouchi pour donner les signes forts d’une vrai volonté d’aller de l’avant de la Tunisie et constituer une majorité constructive loin de toute critique qui fait diviser les Tunisiens en partisans d un partie ou d’un autre mais en partisans du projet de la Tunisie unie juste et allant vers l’avant respectée par tous
La seule devise est la personnalité adéquate doit occuper le poste adéquat .
Le Parlement majoritairement ENNAHDA doit comprendre qu’il doit nous garantir un transfert démocratique digne du nom de la TUNISIE en hâtant les changements inéluctables cités ci avant car le peuple n’est pas dupe et il faut savoir que l’histoire de toute l’humanité a montré que le peuple a toujours fait payer amèrement ceux qui essayent de le prendre ainsi .
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved