sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mercredi 14 Novembre 2018         

Tunisie/ Italie : La visite de Conte a fixé les axes de la future coopération

Imprimer
Publié le Vendredi 02 Novembre 2018 à 16:50
Comme attendu, la visite du président du conseil italien, Giuseppe Conte, ce vendredi 02 novembre à Tunis a été focalisé sur trois sujets majeurs, la coopération bilatérale, la lutte contre l’immigration clandestine et la situation en Libye, au sujet de laquelle, l’Italie s’apprête à accueillir une conférence pour une sortie de crise, les 12 et 13 novembre à Palerme. 

Rome compte couper l’herbe sous les pieds de Paris sur l’imbroglio libyen, d’autant que l’accord obtenu le 29 Mai dernier lors d’une conférence organisée autour d’Emmanuel Macron à la capitale française, pour la tenue des législatives et présidentielle le 10 décembre chez notre voisin du sud, semble passer à la trappe tellement la situation y semble fragile et chaotique.

L’Italie s’apprête à réunir la communauté internationale et les deux principaux rivaux de la scène libyenne, en l'occurrence, Faez el-Sarraj, chef du gouvernement d’union nationale, et Khalifa Haftar, chef d’une armée qui contrôle l’Est du pays, en vue d’un processus de réunification à même de mettre un terme au chaos et d’amorcer un processus de transition politique.

L’initiative italienne se veut être dans les termes du plan de l'ONU pour une solution politique globale en Libye, conduit par l’émissaire onusien, Ghassen Selama.

Reçu au palais de Carthage, Giuseppe Conte a adressé ce vendredi une invitation au président Béji Caïd Essebsi, afin de prendre part à la conférence de Palerme, rendant hommage à la Tunisie pour "son rôle persévérant en vue d’un règlement de la crise libyenne".

La Tunisie avait lancé une initiative pour une sortie de crise en Libye, à laquelle se sont ralliés l’Egypte et l’Algérie, en vue d’inciter les protagonistes libyens à se réunir autour de la même table, afin de s’accorder sur une solution consensuelle, pacifique et pérenne, garantissant l’unité de la Libye, de manière à réinstaurer la sécurité et la stabilité, et à reconstruire les fondements, à ce stade défaillants, d’un Etat à même d’asseoir son contrôle sur l’ensemble du territoire libyen.

Giuseppe Conte et Béji Caïd Essebsi.    Giuseppe Conte et Youssef Chahed.

La conférence de Palerme souhaite inciter les Libyens à prendre leur pleine responsabilité pour sortir leur pays de l’impasse, tout en soutenant les conditions de sécurité et de développement économique.

L’autre sujet majeur évoqué par Giuseppe Conte aujourd’hui à Tunis, a trait à l’immigration clandestine, un sujet ayant motivé le déplacement récent du ministre de l’Intérieur et vice-président du conseil italien, Matteo Salvini, en Tunisie le 27 septembre dernier. Salvini avait alors préconisé des solutions radicales pour endiguer les flux des clandestins qui déferlent en Europe, notamment en Italie.

A ce sujet, Conte a affirmé ce vendredi dans une déclaration médiatique à Carthage, que les deux pays ont "des traditions de coopération étroite et continue, ainsi que sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, et qu’ils œuvrent à mobiliser les moyens pour parvenir aux solutions radicales, susceptibles d’éradiquer ces fléaux, menaçant la stabilité et la sécurité des deux pays et de l’espace méditerranéen".

La commission européenne est en train d’examiner l’éventualité de créer des centres contrôlés dans les pays européens, en vue de faire face aux flux des migrants, et des plateformes de débarquement dans les pays tiers, chose à laquelle les pays maghrébins, Libye, Algérie, et Tunisie, ont opposé une fin de non-recevoir.

Béji Caïd Essebsi a réitéré cette semaine à Berlin, en marge de sa participation au sommet du G20, le refus de la Tunisie d’accueillir des centres pour les réfugiés. Le chef de l’Etat s’est dit néanmoins prêt à faciliter le rapatriement des ressortissants tunisiens, que l’Europe ne souhaite plus voir sur son territoire.

Ce faisant, Conte dont c’est la première visite dans un pays du Maghreb depuis son accession aux responsabilités, a dit la détermination de son pays à renforcer "le partenariat privilégié" avec la Tunisie.

Chahed presse l'Italie d'encourager l'immigration légale des Tunisiens
A l’issue de sa rencontre avec son homologue italien, Youssef Chahed a affirmé "la détermination de la Tunisie d’œuvrer de concert avec le nouveau gouvernement italien pour faire face aux défis sécuritaires conjoints, lutter contre le terrorisme, et hisser les relations de coopération économique au niveau d’un partenariat stratégique profitable à l’ensemble de la région".

Le chef du gouvernement a fait état de l’accord de l’Italie pour la reconversion de 25 millions d’euros de dette tunisienne, pour le financement d’un projet de développement intégré dans le gouvernorat de Kébili, outre l’ouverture d’une ligne de financement sous forme de crédit d’un montant de 50 millions d’euros, avec un don de 7 millions d’euros pour les petites et moyennes entreprises (PME), destiné à la jeunesse et à la femme dans les régions défavorisées. Un montant sous forme d’un crédit d’un montant de 25 millions d’euros a été alloué pour soutenir le secteur de l’éducation, a-t-il dit.

Le locataire de LA Kasbah a dit les efforts considérables consentis par la Tunisie pour faire face à l’immigration clandestine, évoquant les dispositions pour une plus grande coopération entre les deux pays pour trouver des solutions à même de limiter ce fléau. Il a dit "la volonté tunisienne de parvenir à un accord de coopération avec l’Italie dans ce domaine, conformément à une approche sociale et économique, fondée sur le développement des régions intérieures, l’ouverture des canaux officiels de l’immigration légale, en vue de redonner confiance et espoir à la jeunesse tunisienne". 

Le président du conseil italien a dit, lors de ce point de presse conjoint ,que l’Italie allouait plus de 165 millions d’euros sous forme d’appui aux petites et moyennes entreprises, outre les programmes de soutien consacrés à la consolidation de la décentralisation administrative, à l’éducation et au programme de reconversion de la dette en projets d’investissement.

Giuseppe Conte a dit l’importance de la coordination commune, pour l’organisation de l’immigration clandestine, la maîtrise des frontières maritimes, et la baisse du nombre d’arrivants vers l’Italie, assurant la Tunisie du soutien de son pays pour le contrôle des frontières, et en matière de lutte contre la traite des personnes et contre les raisons profondes de l’immigration, ainsi que le rapatriement des migrants. 
Gnet


 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved