sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 21 Septembre 2017         

Tunisie/ Ennahdha : Le renouveau passe aussi par la cravate !

Imprimer Envoyer
Publié le Lundi 31 Juillet 2017 à 14:11
Poignée de main entre Rached Ghannouchi et l'ambassadrice du Maroc. Rached Ghannouchi s’occidentalise, fait un pas supplémentaire sur la voie de l’ouverture et cherche à paraître in aux yeux de l’intérieur et de l’extérieur, face à une conjoncture nationale, régionale et internationale encore défavorable à l’islam politique. Pour la première fois, le président d’Ennahdha est apparu avec costard cravate en public, à l’occasion de la célébration dimanche 30 juillet de la fête nationale du Royaume chérifien, à la résidence de l’ambassadrice à Gammarth.  

Le renouveau semble encore en marche à Ennahdha, et tout est manifestement battu en brèche. Amorcé il y a un peu plus d’une année,  lors de son dixième congrès de Mai 2016, le repositionnement du mouvement l’a amené à rompre avec son héritage idéologique, à travers une séparation entre les volets politique et celui prosélyte et religieux, et une adoption de la vocation programmatique préconisant sa contribution à régler les problèmes du pays, à travers des propositions et des solutions concrètes. .

Cette action de dépoussiérage telle qu’elle a été décrite devrait toucher l’image, le message et le contenu. Ennahdha a dit s'en être résolu après une action d’évaluation et d’autocritique, histoire d’être en phase avec les exigences de l’heure, notamment après des années post-révolution intenses pour le mouvement, où il est passé rapidement de la clandestinité, à la légalité, puis au pouvoir. 

L’expérience d’Ennahdha au pouvoir était mouvementée et pleine de rebondissements, le pays a connu à l’époque de très graves problèmes, et un dangereux virage sécuritaire, dont il est tenu pour responsable par une grande partie du paysage politique. 

Le mouvement a beau défendre son bilan, récuser les accusations qui lui ont été adressées et invoquer les difficultés propres à toute transition politique, dénonçant la propension de ses adversaires politiques et idéologiques à l’exclusion et à l’éradication, il n’en était rien, son image a été écornée, et son capital de sympathie auprès de la population n’a cessé de s’éroder, face à l’aggravation, méthodique et programmée, de la situation économique, sécuritaire, environnementale …du pays. 

A l’issue des élections présidentielles et législatives, Ennahdha qui craint l’exclusion jusqu’à l’obsession, a marqué un autre point, après celui de l’avènement de la nouvelle constitution de janvier 2014, adoptée et promulguée à la fin du règne de la troïka. Il a réussi à faire valoir sa politique de consensus, à travers son alliance avec Nidaa Tounes, le parti fondé par Béji Caïd Essebsi, et sa participation à la coalition gouvernementale conduite par Youssef Chahed. Son rapprochement avec Nidaa a été en partie à l’origine de l’implosion  de ce mouvement, qui a enchaîné crise après crise, jusqu’à la sécession.

D’abord avec le départ de Mohsen Marzouk qui a lancé son propre parti Machrou3 Tounes, lui raflant un grand nombre des députés. Et à une date plus récente, l’annonce le 25 juillet dernier de la création du mouvement Tunisie d’abord, mené par Ridha Belhaj, Boujemaa Rmili et d’autres. Aussi bien l’un que l’autre formation se positionne dans le camp anti-Ennahdha dans le mouvement réformateur, moderniste, progressiste et propose un contre-projet au sien. 
 
Sur les plus de 200 qui pullulent actuellement sur la scène, les partis politiques qui proclament leur hostilité au mouvement ne manquent pas. Sans compter bien entendu, un adversaire de taille, le front populaire, pour qui le mouvement est et demeurera un ennemi stratégique, qui incarnerait tous les malheurs du pays.  

Si la persévérance dans le changement permet de réduire un tant soit peu cette animosité, rien n’est écarté  et tout devient possible, même le fait de tourner le dos à tout conservatisme, et de céder à la tentation de la cravate, à 76 ans.

Gnet
 
 
 
 

Commentaires 

 
0 #2 RE: Tunisie/ Ennahdha : Le renouveau passe aussi par la cravate !
Ecrit par Agatacriztiz     09-08-2017 19:10
La belle affaire, même avec la cravate, il ne risque pas de séduire qui que ce soit
 
 
+1 #1 ? Le plus pour les jeunes
Ecrit par Tunisien     01-08-2017 00:06
Rached Ghannouchi, Ali Lazreg Mokhtar Labiadh X Y Z ils portent ou ils portent pas des cravates c'est leurs choix et c'est leurs affaires. C'est quoi le plus pour La Tunisie? c'est quoi le plus pour resoudre les problemes des jeunes? c'est quoi le plus pour l'economie.....
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved