sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mercredi 14 Novembre 2018         

Tunisie/ Attentat-suicide : Les députés livrent leurs analyses, et expriment des divergences

Imprimer
Publié le Mardi 30 Octobre 2018 à 12:41
Vue de la plénière de ce mardi 30 octobre 2018. Les députés ont condamné unanimement ce mardi 30 octobre, lors d’une plénière à l’Assemblée, l’attentat-suicide survenu hier, lundi 29 octobre, à l’avenue Habib Bourguiba de Tunis, livrant des analyses différentes sur ce fléau et sur la manière de le combattre. 

Pour le député Salem Labiadh, "l’opération terroriste a été perpétrée dans la capitale, à quelques mètres du ministère de l’Intérieur. Elle revêt une dimension symbolique à travers laquelle les terroristes expriment la possibilité d’infiltrer les institutions de l’Etat". Il a appelé "les institutions sécuritaires à se réveiller", estimant "inadmissible que l’on fasse ainsi peu de cas de l’Etat et que l'on s'en prenne à l’avenue H. Bourguiba". Il a perçu "une certaine froideur de l’opinion publique qui ne réagit plus aux opérations terroristes".

D'après le député Slah Bargaoui, "l’auteure de l’opération reflète un aspect de notre société, a fortiori qu’elle est titulaire d’un diplôme supérieur et est au chômage".

"Nous appelons tous à l’unité nationale alors que nous n’avons consenti aucun effort pour unifier notre discours et notre vision de l’avenir de la Tunisie", a-t-il dit,  estimant que "le concert des discours ne nous avance à rien, nous ne pouvons s’unir  face à nos différends profonds». 

Ammar Amroussia a indiqué que le terrorisme nous faisait revenir au climat de 2013, prônant l’unité nationale face à ce fléau. Il a pointé "un climat politique délétère", dénonçant "l’ingérence de parties étrangères dans les affaires du pays".

"La lutte  contre le terrorisme passe nécessairement par la révélation de la vérité", a-t-il considéré, appelant les responsables politiques "à  présenter leurs excuses au peuple car ils ont une responsabilité dans ce qui se passe". 

"L’opération d’Habib Bourguiba est complexe, il y a des groupes qui sont toujours actifs, face à une intention de taire et de travestir la vérité", a accusé Ahmed Seddik. Il a estimé que l’appareil sécuritaire et une partie de notre justice faisaient toujours l’objet de "harcèlement et de pressions", appelant le président de la république à programmer une réunion urgente du conseil de sécurité.

Abir Abdelli a condamné cette "lâche opération, et l’utilisation de la femme, d’autant que l’auteure de l’attentat est diplômée du supérieur". Elle a estimé que les Tunisiens avaient le moral, chose qui apparait à travers la manière dont ils ont entouré l’institution sécuritaire à l’Av H. Bourguiba, a-t-elle argumenté.

Elle a estimé qu’on ne pouvait combattre le terrorisme avec l’aspect sécuritaire seulement, appelant à un resserrement des rangs face à ce fléau.

"Ce qui attire l’attention est que l’échec de l’opération terroriste d’hier à attristé certains", a dit le député Mustapha ben Ahmed. "L’appareil sécuritaire a resserré l’étau autour du terrorisme, ce qui l’a incité à perpétrer une opération isolée et ratée", a-t-il dit, appelant les responsables politiques "à cesser de lancer des accusations et de faire montre de responsabilité".

Sofien Toubel a pointé "une campagne contre le président de la république dont les déclarations étaient claires et étaient sous forme de mise en garde". Selon ses dires, "le terrorisme vise notre pays, car il est celui de la tolérance, de l’ouverture et des expériences pionnières". "Le terrorisme équivaut à la pensée extrémiste et nihiliste", a-t-il dit, appelant l’Etat à renforcer ses efforts, la société civile à appuyer la pensée progressiste et l’Assemblée à légiférer et à adopter les lois sur la protection des sécuritaires.

Mohamed Fadhel Ben Omrane a appelé "à faire prévaloir la tolérance, et à délaisser les rancœurs et les rancunes".

Noureddine Bhiri a prédit l’échec de ces opérations terroristes, disant "l’obstination de concrétiser les objectifs de la révolution et de s’acheminer vers la démocratie". Il a pointé l’acharnement de  certains responsables politiques "à poursuivre l’incitation et la pression sur les appareils de l’Etat, en relation avec les martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi". "Aucune voix ne devra être au dessus de la lutte contre le terrorisme, et nous sommes persuadés que la Tunisie va gagner," a-t-il conclu. 

Le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur, avait condamné hier soir cet attentat-suicide, appelant à accélérer l’adoption du projet de loi, réprimant les agressions contre les forces armées soumis au parlement depuis 2015.

"Il faut adopter cette loi du fait des dangers quotidiens auxquels sont exposés les sécuritaires", a-t-il recommandé, estimant que "le vote de cette loi sera profitable pour tous".
Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved