sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Dimanche 23 Juillet 2017         

Tunisie : Samir Dilou préconise la fermeté envers Ansar al-Charia

Imprimer Envoyer
Publié le Mardi 21 Mai 2013 à 17:09
Samir Dilou lors de la conférence de presse de ce mardi. «La plupart des questions en rapport avec les blessés et martyrs de la révolution ont été résolues, il ne reste plus que quelques cas, notamment ceux de 4 blessés qui se font actuellement soigner à l’étranger ; 1 en Allemagne et 3 au Qatar…et d’autres cas qui seront traités par  une commission médicale qui va se réunir ce jeudi pour examiner le remboursement des frais médicaux, et les cas urgents", a déclaré Samir Dilou, ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, lors d’une conférence de presse tenue ce matin.

Il a rappelé que le chef du gouvernement avait autorisé la formation d’une commission technique au sein du ministère des Affaires sociales pour évaluer le taux exact d’incapacité des blessés de la révolution, afin qu’ils aient droit aux indemnisations complètes, «car ce qu’ils ont eu jusque-là, ne sont que des avances", a-t-il expliqué.

Au sujet des victimes de la révolte du bassin minier de Gafsa, les familles des martyrs et les blessés ont reçu des avances sur indemnisation, mais également des titres de transport gratuit, tandis que les cartes de soins gratuits seront distribuées dans les jours à venir, annonce Samir Dilou.

Pour rappel, la présidence du gouvernement avait rendu public un communiqué le 16 mai courant, concernant les bénéficiaires de l’amnistie générale qui seront réintégrés dans la fonction publique avant la fin du mois de décembre 2013. Les membres des familles des martyrs de la révolution et du bassin minier, les blessés et les bénéficiaires de l’amnistie générale seront embauchés, avant fin juin 2013. Ceux qui sont dans l’incapacité totale de réintégrer leur travail, auront droit à des indemnités, et aux soins gratuits. "Nous sommes encore ouverts à toutes les propositions et commentaires de toutes les parties concernées pour améliorer les prestations d’indemnisations", a souligné le ministre.

Dilou a annoncé que 256 personnes, issues des familles des martyrs de la révolution ont été embauchées dans la fonction publique, et ce parmi 300 dossiers présentés. «Soit un taux de 86%, tandis que les autres doivent compléter leurs dossiers. Concernant les blessés de la révolution, 2760 demandes d’emploi ont été formulées, et 2380 blessés ont été recrutés, soit 87%, et le reste des dossiers doivent être complétés. 891 blessés de la révolution n’ont pas présenté de dossier à la commission en charge de l’examen de ces dossiers.  Ceux qui ont bénéficié de l’amnistie générale, 999 diplômés du supérieur  et 3135 non diplômés du supérieurs, ont été recrutés », a dévoilé le ministre. Il a précisé que 104 membres des familles des martyrs et blessés de la révolution ont été envoyés l’année dernière en pèlerinage, et que l’expérience sera réitérée cette année.

Samir Dilou a évoqué le projet de loi portant sur le dispositif national de la lutte contre la torture : «Nous ne sommes pas satisfaits de la manière avec laquelle est traité le sujet par l’assemblée nationale constituante…La loi est immobilisée depuis un an, et certains prêts de l’Union Européennes sont en suspens à cause de ce retard… », a-t-il dit.

Autre sujet, celui des détenus de Guantanamo.  Samir Dilou dévoile les noms des cinq Tunisiens encore en détention dans ce camp américain au Sud-Est de Cuba. « Il s’agit de Hichem Sliti, Adel Ouergui, Lotfi Ben Ali, Adel Lahkimi et Ridha Yezidi. Un responsable de ce dossier leur a rendu visite au mois de juillet dernier…Les raisons de leur non-rapatriement sont liées d’affaires intérieures américaines.  Le Congres américain a empêché le déboursement des fonds nécessaires pour les opérations de rapatriement…il semble qu’un nouveau représentant du président américain soit bientôt désigné afin d’engager des négociations avec le Congres, pour accélérer la fermeture du centre, surtout que les conditions de détention sont tragiques», a déclaré le ministre. 

Il a par ailleurs abordé la question des détenus de  l’affaire Bir Ali Ben Khelifa, dont certains sont en grève de la faim, en protestation contre le non-avancement de l’enquête au sujet des accusations de torture qu’ils portent contre les autorités. « Il existe une commission qui a mené une enquête à ce sujet, et a soupçonné des cas de torture sur ces détenus…un procès a été ouvert sous le numéro 25058, et le tribunal a convoqué les médecins de la prison, qui n’ont pas répondu présents…toutes les affaires en rapport avec la torture sont traitées de la même manière quelque soit le forfait commis, que ce soit un simple délit ou le port d’armes à Djebel Chaâmbi », a précisé Samir Dilou, en ajoutant que son ministère planche sur une nouvelle loi de lutte contre le terrorisme, qui annulerait celle en vigueur qu’il considère "anticonstitutionnelle". 

Le ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle a mis en garde tous ceux qui transgressent la loi, en évoquant les évènements de dimanche dernier, et les violences qui en ont découlé. « Primo, je souhaite préciser que ce qui s’est passé dimanche dernier, n’est pas un report du congrès de Ansar Achariaa, mais une interdiction officielle par les autorités de sa tenue, et le gouvernement n’a négocié avec aucune partie…le dialogue est un instrument nécessaire dont usent les partis politique, la société civile et parfois l’Etat, mais le dialogue ne peut être un marchandage au sujet de l’application des textes de loi…secundo, en ce qui concerne ce qu’on dit à propos de la politique de deux poids de mesure dans l’application de la loi…ceux qui barrent les routes, ou dressent des tentes sur des voies ferrées transgressent la loi. Mais on ne peut mettre sur le même pied d’égalité ceux qui transgressent la loi en ayant des revendications légitimes, et ceux refusent l’autorité de l’Etat…il n’y a pas moyen de lésiner sur l’application de la loi concernant ces derniers», a-t-il conclu.

Chiraz Kefi

 

Commentaires 

 
+1 #3 On a assez
Ecrit par TOUNSI     24-05-2013 22:15
Monsieurs,

S'ils vous plais On a assez du bla bla. Fêtent quelque choses réelles (actions) qui donnent le souffle aux peuples Tunisiens.
exemples:La sécurité, l’hygiène, nos élèves, nos enfants,nos jardins nos hôtels, ,l'emploie...etc etc.
On ne donne pas d'importance et on autorise pas et jamais tous qui est processus qui devise les Tunisiens.
les Tunisiens sont des musulmans depuis kala kala et on doit laisser a part.
Aujourd'hui le Tunisien cherche a vivre sans problèmes et surtout les problèmes qui sont rajoutes et qui n'ont pas de valeurs.
On veut bien résoudre les problèmes de chômage, de santés, d’hygiène et d’évolution des'esprits et non pas de fermeture.
SVP assez assez. Pourquoi le Tunisien aujourd'hui il vit que le stress. et ça fait plus de deux ans
 
 
+1 #2 Sa7a ennoum ...
Ecrit par A4     22-05-2013 22:37
La découverte du jour:
samir dilou découvre aujourd'hui que les tunisiens ne sont pas des "koffars" ...
C'est dur d'être traité de "taghout" quand on a auparavant traité les autres "d'ennemis de l'islam" ...
On se fait toujours doubler par plus extrémiste que soi !!!
 
 
+5 #1 RE: Tunisie : Samir Dilou préconise la fermeté envers Ansar al-Charia
Ecrit par Royaliste     22-05-2013 03:43
il dit qu'il faut etre ferme avec ceux qui refusent l'autorité de l'Etat, soit, mais comment devons nous etre face a ceux qui ont préparé un coup d'Etat?

Dilou a reconu que nahdha a comploté contre la sureté de L'Etat...pourquoi ghannouchi ne paie pas pour sa traitrise?

comment devons nous riposter a ceux qui ont brulé des citoyens tunisiens innocents?
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved