sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 17 Avril 2014         

Tunisie, Rached Ghannouchi livre sa conception de la laïcité

Imprimer Envoyer
Publié le Samedi 03 Mars 2012 à 02:03
Rached GhannouchiRached Ghannouchi, président d’Ennahdha, a présenté sa conception de la laïcité, lors d’un débat organisé ce vendredi 2 mars à Tunis par le centre d’études Islam et Démocratie (CISD), autour de "la laïcité et les rapports entre religion et Etat".

La laïcité, un terme qui fait couler beaucoup d’encre, et est, en partie, à l’origine de la polarisation politique devenue quasi-incontournable en Tunisie. Les amalgames et les incompréhensions qui l’entourent compliquent le débat, qui vire, par moments, au dialogue de sourds.

"Il existe plusieurs laïcités, tout autant qu’il existe plusieurs islams, du moment où ce sont des concepts sujets à des compréhensions et des interprétations diverses", indique Rached Ghannouchi,  en présence d'une assistance composée de politiques et d'intellectuels, dont Mustapha Ben Jaâfar, président de l'assemblée nationale constituante.

"De prime abord, la laïcité semble être comme une philosophie qui est venue pour combattre des conceptions religieuses, ce n’est pas le cas", explique le cheikh. Selon son analyse, la laïcité a fait son apparition en occident sous forme "de solutions procédurales", pour résoudre des problèmes survenus à l’époque, avec les dissensions protestantes qui ont divisé l’église catholique et donné lieu aux croisades. "La Laïcité induit dans la conception occidentale l’impartialité de l’Etat. Celui-ci relève du domaine public et n’intervient pas dans les consciences des gens, alors que la religion relève du domaine privé". Mais, cette acception de la laïcité n’a pas cours partout en occident.

Aux Etats-Unis, la religion est présente sur la scène publique, les discours des dirigeants politiques sont truffés d’allusions religieuses, dit-il, imputant cela au fait que les Etats-Unis ont été construits par les évangélistes religieux qui ont fui la répression catholique en Europe. "Les Etats-Unis étaient alors considérés comme une terre promise ou les rêves contenus dans l’évangile et la torah peuvent trouver la voie à la concrétisation". Rached Ghannouchi cite  Tocqueville qui considère que "l’église est le parti le plus fort aux Etats-Unis". Idem pour la Grande-Bretagne où "la reine cumule les pouvoirs temporel et spirituel", indique-t-il. Il en déduit une différence entre la conception anglo-saxonne et la conception française de la laïcité.

"La séparation la plus totale entre le religieux et le politique, est celle du modèle français, vu les affrontements survenus au fil de l’histoire française entre l’église catholique et l’Etat", dit-il. "Notre destin veut que nos élites soient le plus influencées par la laïcité française, là où la religion est totalement exclue de l’espace public et où l’Etat se considère comme garante de l’identité". Exemple de cette spécificité française, souligne-t-il, est que "la France est le seul pays qui n’a pas accepté le foulard islamique, contrairement aux autres pays où le voile est accepté sans qu’il crée une quelconque crise".

L’islam a-t-il besoin de ces solutions procédurales, s’interroge le numéro un d'Ennahdha, en admettant : "depuis son avènement, l’Islam a combiné la religion et la politique. Le prophète était celui qui a édifié l’Etat, et instauré la religion".

 L'Islam prône la distinction entre le religieux et le politique

A la séparation entre religion et politique, préconisée par la laïcité, équivaut en Islam, la distinction entre le politique et religieux, explique-t-il. "La religion n’a pas vocation à nous donner une expérience dans les domaines industriel, agricole, de gouvernance, qui sont le fait de la raison humaine, il nous donne, en revanche, un code de valeurs  et de principes".

"Dès sa naissance, et tout au long de son histoire, l’Islam n’a pas connu l’exclusion de la religion de la vie", soutient le cheikh. "Les musulmans s’inspiraient de tout temps peu ou prou de la religion dans leur vie civile tout en maintenant la distinction entre le religieux et le politique. Les fuqâha (jurisconsultes) ont également fait la différence entre les variables et les constantes ; les prières (régies par l’ordre divin), et les pratiques ou les transactions qui sont le fait de l’esprit humain", explique-t-il.

L’Etat plus ou moins influencé par l’islam édicte des lois, à l’aune des valeurs de l’Islam, relève-t-il. Et d'ajouter : "En l’absence d’une église en islam, il n’y a que la liberté d’Ilijtihad (effort de réflexion) qui vaut. Et puisque l’Ijtihad peut-être multiple, le meilleur mécanisme que les Hommes ont trouvé pour régir cette diversité est la démocratie, c'est-à-dire ce mécanisme électoral qui désigne les représentants de la Oumma, et qui permet aux élus de fournir collectivement cet effort de réflexion", fait valoir Rached Ghannouchi en considérant la démocratie comme la meilleure illustration de la valeur de la choura (concertation) en Islam.

Quid de la situation actuelle ? Pour le cheïkh, le débat qui se déroule en Tunisie est entre les laïcs durs et les islamistes durs. "Les uns veulent imposer une certaine conception de l’Islam, les autres veulent délester l’Etat de toute influence par l’Islam".

Tout en insistant sur la nécessaire distinction entre le religieux et le politique, Rached Ghannouchi considère comme étant "une aventure, une séparation totale entre les deux, comme le prévoit la conception française ou marxiste".

"L’affranchissement de l’Etat de la religion est une manière de transformer l’Etat en mafia, l’économie en pillage et la politique en supercherie. C’est ce qui est advenu en Occident, où la politique internationale est entre les mains d’intermédiaires qui ont l’argent, et les médias, et qui dominent les politiques", relève-t-il.

"Il en va de même du religieux, lorsqu’il se libère de la politique, cela peut donner lieu à des défaillances et des déviations", indique-t-il en substance. La question est comment parvenir à une équation où les libertés et les droits des personnes sont garantis, souligne le chef d’Ennahdha.

Dans sa conception, la religion est une conviction personnelle, ce n’est pas l’Etat qui l’impose. "La liberté est à la base de l’Islam", assène-t-il, en avouant qu’il défend la liberté dans les deux sens : aussi bien de celui qui se dirige vers l’Islam, que de l’autre qui le renie…
H.J.


 

Commentaires 

 
-1 #24 http://www.spiralyne.co.uk/
Ecrit par Halal Vitamins     26-06-2012 11:56
le problem est que les Mususlmans reagissent et n'agissent pas. Il sperdent dy temp precieux a reagirent a tous et a rien, au lieu de faire leur boulot de gouvernement islamique: c.a.d etablire un etat musulmans ou tous le monde est soumis a la vraie sharia: pas de taxes (se sont la des vertiges de kafir dont on parle peu, pourquoi?) une fois les taxes disparues l'economie commencera a revivre pourquoi payer des taxes? c'est haram en pays soit-disant musulman? alors l'etat s'atrophieras et laissera les gens tranquilles.
 
 
+3 #23 L'islam et laïcité
Ecrit par lAÎCITE?     12-03-2012 08:00
"ils veulent éteindre par leur bouche la Lumière d'Allah mais Allah parachèvera sa Lumière n'en déplaisent aux non-croyants" (verset 8 sourate 61)
 
 
+1 #22 Révisez l’histoire.
Ecrit par Musulman.     10-03-2012 08:39
@khammous

L’article premier de la constitution de 1959 n’a jamais été l’œuvre du laïc bourguiba. Au cas où votre mémoire serait courte ou au cas où vous seriez jeune, sachez que cet article comportait une laïcité de la Tunisie expressément et clairement notifiée et que bourguiba avait été contraint à remplacer la laïcité par l’Islam suite à une opposition Islamique farouche entreprise notamment par le militant Ahmed Ben Aïssa qui l’a menacé de mobiliser contre lui toutes les tribus tunisiennes du sud ouest et du center ouest.

Il est à rappeler, qu’en Islam, la laïcité est une mécréance.
 
 
-2 #21 LAICITE = neutralité
Ecrit par alaya brahim     10-03-2012 01:56
La définition de la laïcité en 1905 est la neutralité de l’état vis à vis des religions, en d'autre terme: l’état à le devoir de se tenir à une distance égale par rapport à toute conscience, et cette définition est compatible avec l'esprit de l'Islam, et nous pouvons parler d'une gouvernance islamique de l'état et non d'un état islamique au sens religieux, comme la gouvernance d'un état européen par un parti démocrate chrétien, et cela ne dérange personne! ce qui dérange les occidentaux est la place qu'occupe la religion musulmane quantitativement et qui prend de l'ampleur avec 25 à 30 millions de musulmans européens, et bizarrement ce ne sont pas ses musulmans qui refusent la laïcité mais à l’inverse ce sont les laïques qui commercialisent l'Islamophobie et leur tolérance s’amincit pour exclure les particularités cultuelles et culturelles de la communauté musulmane et autres alors que les musulmans ne sont pas au pouvoir ni en France ni ailleurs en Europe et cette même intolérance au nom de la laïcité est transfusée aux laïques tunisiens et autres dans des pays qui sont dotés de leur propre culture et leur propre histoire et ne supportent plus l'ingérence de qui que ce soit ni de quelque contenue. je pense enfin que la gouvernance de l'état par un parti comme ennahda sera de loin plus spacieux tolérera toutes les consciences même les plus extrêmes.
 
 
+1 #20 Le problème de ce Monsieur est
Ecrit par khammous     06-03-2012 14:17
Il a bâti toute sa théorie et son action sur la haine de BOURGUIBA au point qu'il refuse comme devrait le faire tout musulman de prier pour la miséricorde.envers les morts ..Mais dans le même temps il se rend compte que son adversaire n'est pas si aposta que çà ( kafir ) .Donc il lui arrive un deuxième problème c'est comment le reconnaître...L'article 1 étant l'ouvre bourguibienne par excellence il est emmerdé de le reconnaître...Même mort bourguiba continue à le hanter..
C'est la revanche de la justice historique ...
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info

Gratuit

Famille

Entreprises

Hébergement

 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved