sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 15 Novembre 2018         

Tunisie : Maintien du calendrier politique, dans l’espoir de retrouver la stabilité

Imprimer
Publié le Mercredi 31 Octobre 2018 à 16:00
Chahed s'apprête à annoncer son gouvernement remanié. L’attentat-suicide, perpétré par une femme trentenaire lundi 29 octobre à l’avenue Habib Bourguiba de Tunis, n’a pas chamboulé l’agenda politique. Youssef Chahed est sur le point d’annoncer son gouvernement remanié devant reposer sur une coalition tripartite : Ennahdha, coalition nationale, et Machrou Tounes. Une entente cordiale se substituera à la fin de consensus Ennahdha/ Nidaa...

Au cours des derniers jours consécutifs à l’attentat, la rhétorique politico-civile utilisée pour le fustiger est la même que celle employée, lors des précédents drames terroristes. Partis et organisations ont exprimé une condamnation ferme de cette lâche opération, et de toutes les formes de violence et d’extrémisme.

Tous ont couvert, à juste titre, de louanges les institutions sécuritaire et militaire, pour leur abnégation et leur dévouement au service de l’invulnérabilité de la Tunisie et de la sécurité de son peuple, en appelant à les mettre au dessus des tiraillements et des querelles partisanes. 

Les uns et les autres ont livré un message d’unité et de cohésion, sans lequel on ne saura venir à bout du terrorisme, et sauver la jeunesse tunisienne de ses griffes.

Cette unanimité affichée n’a pas empêché accusations et contre-accusations d’être formulées, sur fond des dernières révélations du comité de défense dans les affaires des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Les choses ne sont pas allées, jusque-là, plus loin, même si les tensions persistent ;  les joutes oratoires entre le comité de défense, le front populaire qui s’en fait le porte-voix, et le néo-Nidaa du tandem HCE/ Riahi d’un côté, et Ennahdha de l’autre ont encore de beaux jours devant elles, et marqueront le climat politique, la prochaine période. Ce sera aussi un sujet central, en prévision des échéances électorales de décembre 2019. 

Mais il reste environ douze mois avant que les Tunisiens ne  soient amenés à se diriger de nouveau vers les urnes. Une année cruciale où les défis socioéconomiques sont immenses, et les réformes plus que jamais pressantes, sous l’œil vigilant du FMI dont la Directrice Générale a réitéré, pas plus tard qu’hier à Berlin, le soutien de l’institution financière au processus de réforme dans le pays. 

La priorité immédiate est donc ce remaniement, sans cesse reporté depuis le printemps dernier, et qui finira par être opéré cet automne. Un gouvernement de coalition tripartite devra se substituer au gouvernement dit d’union nationale qui a volé en éclats, du fait des dissensions politiques qui l’ont rongé de l’intérieur.

L’avènement du nouveau gouvernement de fin de quinquennat introduira trois principaux changements dans le paysage politique :

La première est l’entrée de Machrou Tounes et de personnalités estampillées Coalition nationale, désormais troisième bloc parlementaire,

La deuxième est la sortie de Nidaa Tounes, pour grossir les rangs de l’opposition notamment au parlement,

La troisième est l’officialisation de la rupture entre les deux chefs de l’exécutif, qui seront réduits à une concertation à minima, imposée par l'attachement au sens de l’Etat, cher à au président de la république.

La fin de consensus Nidaa/ Ennahdha qui sont désormais sur une ligne d’affrontement, cèdera la place à une entente cordiale entre Ennahdha, et ses adversaires politiques la CN et Machrou.

Selon les procédés d’usage, Youssef Chahed va arrêter sa liste ministérielle, la soumettre au président de la république, avant de la rendre publique, et d'aller au parlement pour demander un vote de confiance de l’Assemblée à ses nouveaux ministres.

Ces derniers auront à passer sans coup férir l’examen parlementaire, et verront leur nomination validée confortablement avec des votes supérieurs à la majorité absolue requise de 50+1 (109 députés), les soutiens de YC réunis dépassent les 120 députés.

L’investiture imminente du nouveau gouvernement donnerait lieu à une stabilité relative, mais son action sera loin d’être une sinécure.
Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved