sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mardi 11 Décembre 2018         

Tunisie : L’UGTT se définit à l’aune du combat de Hachad

Imprimer
Publié le Mardi 04 Décembre 2018 à 16:04
Farhat HachedL’UGTT rend hommage au leader national et syndicaliste, Farhat Hached, à l’occasion de la 66ème commémoration de son assassinat, perpétré le 05 décembre 1952 par la main rouge, une organisation française armée. 

Le meurtre de Hached est une tentative lâche d’arrêter l’élan syndical, avec la montée des grèves et des protestations, en réponse à la note du 15 décembre 1951, refusant le droit du peuple à la souveraineté, écrit l’UGTT dans un long communiqué paru ce 04 décembre à la mémoire de son défunt fondateur.

Hached s’est servi de l’UGTT comme instrument pour élargir la base sociale du mouvement national, et n’a pas ménagé d’effort pour ressusciter la solidarité syndicale internationale, en faisant connaître la cause tunisienne, en prélude de l’appui du droit des Tunisiens à l’indépendance auprès de l’organisation des Nations-Unies. Il a troublé le pouvoir français, devenant ainsi pour l’autorité coloniale l’ennemi juré, et le plus farouche en matière de résistance à  la colonisation. Malgré les appels implicites ou explicites de l’éliminer, le défunt leader n’a pas réduit son activité et a poursuivi son militantisme national, jusqu’au dernier instant de sa vie, souligne-t-elle.

L’anniversaire de l’assassinat de Hached suscite chez les Tunisiens le sentiment d’appartenance à cette chère patrie, et fait valoir les valeurs de sacrifice pour les principes, dont Hached était l’exemple, c’était une fierté mythique pour la Tunisie et le mouvement syndical mondial.

Avec le départ de la colonisation, la position de l’UGTT s’est raffermie sur la scène nationale, avec sa participation, à travers un programme socio-économique, à la construction du jeune Etat, et son rôle à tracer l’avenir politique du pays, à partir des principes inscrits dans la constitution de 1959, en prime l’affirmation du régime républicain, des droits socioéconomiques du peuple, la participation au programme d’éducation de masses, et à une politique de santé publique à la faveur de laquelle, les épidémies ont été éradiquées.

Des pôles de développement, selon la spécificité de chaque région, ont été instaurés, la loi du travail agricole a paru après la nationalisation des terres, le code du statut personnel a été institué, le ministère des Affaires sociales s’est substitué à l’administration des Waqefs, le code du travail est paru, une administration de règlement des litiges professionnels a été créée, ainsi qu’une autre pour l’assistance sociale. 

La contribution de l’UGTT à la construction de l’Etat tunisien moderne s’est heurté à une contradiction criante avec les intérêts du régime, et ses orientations, ce qui a amené à s’en prendre à ses dirigeants, à leur arrestation, et à la torture de nombre d’entre eux jusqu’à mort s’en suivie, d’autres ont été licenciés et privés du droit de travail, leurs familles abandonnées, le pays a été entrainé dans de nombreuses crises sociales aigues, dont al-Itihad est sortie renforcé, pavoise-t-elle.  

« Nous avons trouvé dans notre peuple et certaines de ses élites, dont les avocats et certaines composantes de la société civile, pendant ces épreuves, un grand appui. Dernière crise en date, l’attaque barbare et préméditée le 04 décembre 2012, à l’issue de laquelle la dissolution des ligues de protection de la révolution a été réclamée, ce qui était advenu postérieurement, pour prévenir la violence et interdire les appareils parallèles à l’Etat".

L’UGTT demande à cette occasion « de poursuivre les agresseurs et les commanditaires de ce crime, et appelle la justice à dépoussiérer cette affaire, réclamant avec la même obstination de révéler toutes les vérités sur l’assassinat de Hached, pour rendre justice au martyr, sa famille, à l’organisation syndicale et à la Tunisie ».   

L’UGTT dit être restée depuis sa fondation, un principal et incontournable protagoniste, dont le dada est d’orienter le développement vers  la justice sociale, tout en s’en tenant à l’approche du dialogue social, en vue d’imposer le droit des travailleurs à l’amélioration de leur pouvoir d’achat, et des conditions de travail décent dans les conventions collectives, tout en pariant sur la demande intérieure, en préservation du tissu industriel national, sur la base d’un modèle de développement inclusif, et équitable.

La centrale syndicale déplore la crise socio-économique qui jette son ombre sur le pays, se traduisant par la montée du chômage, la hausse de l’inflation, la vie chère, l’effondrement du dinar… ce qui a provoqué la dégradation du pouvoir d’achat du commun des Tunisiens, et l’incapacité des couches démunies d’acquérir leurs besoins les plus élémentaires, comme la nourriture et les médicaments. Une situation aggravée par la crise politique mue par la recherche de positionnement, au lieu de trouver les mécanismes et programmes pour la création des richesses et leur répartition équitable, ce qui nous a incités à observer une grève générale réussie le 22 novembre 2018 dans la fonction publique, et de décider la grève dans la FP et le secteur public le 17 janvier 2019, justifie-t-elle.  

L’organisation syndicale plaide pour des initiatives sérieuses en vue de surmonter la paralysie politique ayant entravé toute tentative de construction du Grand Maghreb, et d’arrêter toutes les guerres absurdes qui secouent la région, toute en affirmant le droit des peuples à l’autodétermination, et la résolution pacifique des conflits. L’UGTT dit aspirer à l’unité de toutes les factions palestiniennes, dans le cadre de la résistance face à l’entité sioniste, en vue d’instaurer un Etat palestinien indépendant avec pour capitale al-Quds el-Sherif.

Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved