sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Lundi 27 Mars 2017         

Tunisie : Le CPR refuse "les marchés" et incite au dialogue national

Imprimer Envoyer
Publié le Lundi 26 Août 2013 à 14:48
Imed Daimi, Secrétaire Général du Congrès pour la République a déclaré ce matin lors d'une conférence de presse que son parti était partisan de tout dialogue national constructif qui débâterait "d'idées et d'initiatives sérieuses", mais qui n'empiétait  pas sur ce qu'il considère être "la ligne rouge",  à savoir l'Assemblée nationale constituante. 
 
Le parti de Daïmi s'est réuni lors d'un conseil national extraordinaire tenu le samedi 24 août 2013, pour traiter des différentes questions qui secouent le pays actuellement. "Le conseil a pris une série de décisions : Le dialogue national est le point de départ pour renouveler l'union nationale, et pour affronter la menace terroriste qui plane sur le pays. Le dialogue serait une garantie contre l'appel au coup d'Etat que nous entendons depuis un moment. Nous adhérons à ce dialogue national sans conditions préalables, comme certains l'exigent. Par ailleurs, nous saluons l'initiative de l'UGTT qui soutient le maintien de l'Assemblée nationale constituante", a déclaré Daimi, qui a réitéré son appel à la centrale syndicale à décréter "une trêve sociale" qui consiste à faire cesser les revendications sociales pendant une certaine période "le temps de réinstaurer la sécurité et la stabilité". 

Il a également déclaré au sujet d'éventuels changements du gouvernement, que son parti était disposé à discuter et à débattre "d'idées sérieuses", avec le maintien de l'ANC "dans son intégralité et avec toutes ses prérogatives...tout en accélérant ses travaux,  et en fixant des dates claires pour la fin de son exercice et la tenue des élections", a-t-il dit.
 
Le conseil extraordinaire du CPR appelle aussi le gouvernement à faire appliquer la loi "contre ceux qui appellent au chaos, à la déstabilisation du pays, et à la désobéissance civile".

Daïmi a par ailleurs expliqué que son parti ne serait pas contre l'idée d'un gouvernement "électoral" qui sera mis en place après la fin de la rédaction et de l'adoption de la constitution. "Nous espérons d'ailleurs que les travaux de l'ANC reprennent de nouveau, comme nous l'avait promis le président de l'Assemblée", a-t-il dit.

S'adressant à l'opposition, Daïmi s'interroge sur la position réelle de celle-ci "qui d'une part appelle à la dissolution de l'ANC, et d'autre part soutient l'initiative de l'UGTT...que veulent-ils exactement ? Nous voulons connaitre leur vraie position et leurs réelles intentions, de manière claire et transparente", a relevé Daïmi. 
 
Au sujet de la Troïka, le secrétaire général du CPR réitère l'engagement de son parti au sein de cette coalition, et qu'il se voulait être fidèle à son engagement  dans un souci "de faire réussir la période, dans le cadre des principes autour desquels nous nous sommes réunis". 

Quant aux déclarations faites par certaines personnalités faisant partie de la coalition, Daïmi a affirmé que seules les positions prises au sein des institutions de la coalition, engageaient le CPR, mais que toutes les autres déclarations personnelles faites par ces mêmes personnes, n'engageaient que leurs auteurs. "Le Congrès pour le République refuse tout principe de double discours, le principe des négociations en catimini à l'abri des regards, et le principe des marchés", a-t-il souligné,  faisant allusion à la rencontre de Paris d'il y a quelques jours, réunissant Rached Ghannouchi et Beji Caïd Essebsi. Le secrétaire général du parti n'a pas dissimulé sa contrariété vis à vis de cette rencontre : "Nous ignorions qu'elle allait avoir lieu...d'ailleurs nous en avions connu la teneur, après coup, lors d'une des réunions de la Troïka", a dit Daïmi, ajoutant qu'il ne reconnait que les positions communes à la Troika. 

Que le gouvernement et l'ANC aient connu "certains échecs", ceci n'explique pas, selon ses dires, les appels à faire tomber tout le processus transitoire, "surtout en cette période où toute la région est menacée par des forces voulant faire avorter le printemps arabe et qui désire réinstaurer la dictature", a-t-il dit, qualifiant la mobilisation de l'opposition pour mettre un terme au processus de "perdante", malgré toutes ses tentatives.  

Il a, à l'occasion, déclaré que son parti était "plus que jamais" attaché à la loi d'immunisation de la révolution, dont il est le précurseur.
Chiraz Kefi
 
 

Commentaires 

 
-1 #2 le ( CPR ) ou plutôt( cpr ) ennemie de la Tunisie
Ecrit par ennahdamais     27-08-2013 04:24
Plus les jours passent et plus l’ennemie réel de la Tunisie deviens de plus en plus visible c’est le partie(( cpr )) avec tous les députés ministres et autres responsables qui ont profité de tous les avantages matériels sans donner le moindre service a la Tunisie ,bien au contraire ils ont été toujours destructeurs et contribuent par tous les moyens a diviser les Tunisiens et a semer la discorde .
Ils ont eu des responsabilités inespérées alors que leurs compétences dans les postes qui leur ont été attribués ont été catastrophiques.
Non seulement ,mais (ce minuscule partie atous point de vue ) cpr ou ce qu’il en reste ainsi que sa branche moribonde dissidente n’ont pas manqué une seule occasion pour s’opposer a tous projet constructif pour la Tunisie et n’ont pas hésité une seule fois a faire engager le pays plus dans l’anarchie et la ruine .
Qui a défendu et défend les ligues de destruction de la révolution et de la démocratie(LPR) ?
Qui étais le responsable de la démission de l’ancien ministre de l’intérieur ?
Qui s’étais vraiment opposé a la proposition de Mr Jbali a former un gouvernement de technocrates et d’aller de l’avant de la TUNISIE , ?
Qui a poussé le général AMMAR a la démission , ?
Qui a dit qu’Ennahda a conclu un contrat secret avec Nidaa Tunesa l’occasion de la rencontre Ghannouchi + Sebsi ?
Qui a salué l’intrusion flagrante de Marzouki dans l’institution militaire pour la morceler et lui ôter son Independence , ?
Qui met les barrières et veut bloquer coute que coute et fait semer le doute sur les bonnes intentions aujourd’hui d’Ennahdha ?
Qui s’étais opposé a la position digne de Mr Ben Jaafar et a continué a faire des réunions illégales et passer outre ? ,,,,,,,, ????????
Ennahdha n’a pas encore compris qu’il ne faut plus continuer a tergiverser en faisant durer ce calvaire aux Tunisiens .
Ennahdha ne montre pas qu’il veut que les élections se passent dans un climat sain et démocratique.
Alors que pour ce faire :
-La première des conditions est que l'administration soit conduite par les personnes les plus compétentes et non pas des personnes ayant des compétances très aléatoires et partisans d’Ennahdha .
Il ne sert absolument rien de continuer une politique de tromperie consistant à faire des permutations de fonctionnaires comme celle des gouverneurs qui a eu lieu le samedi 24aout 2013;pour en définitif avoir les mêmes têtes mais dans d'autres postes.
Les Tunisiens comme l’avait bien fait savoir toutes les forces du pays y compris le syndicat du personnel du MAE ne cessent de dénoncer que les officiers nommés partisans de la Troïka ( essentiellement d’Ennahdha + cpr) n'ont pas du tous les compétences requises parmi leurs paires et n’ont pas rendu les services escomptés a la Tunisie d’autant plus qu’il y’a derrière ses nominations partisanes une crainte justifiable que leur rôle ne serait que de falsifier les élections alors que le pire qu’ils détruisent jour après jour l’économie du pays à tous point de vue.
A quoi sert de faire des permutation de gouverneurs ou d’autre fonctionnaires d’état qui ont montré leur incompétences dans leurs fonctions antérieures respectives pour les replacer ailleurs au sein des structures de l’état ,si ce n’est de vouloir tromper les Tunisiens .
Le CPR qui n’a pas été capable de fournir la moindre contribution a part vouloir s’enraciner dans un gouvernement qui vit ces derniers moments dans la salle de réanimation sauf si on tiens bon a le garder intubé ventilé malgré sa mort cérébrale depuis 6 mois au minimum.
D’autant plus que c'est exactement la même démarche qui a été adoptée entre le premier et 2 Ime gouvernement , c’est le CPR qui est l’ennemie du progrés de la Tunisie et qui a tous fait pour s’opposer a la proposition de Jbali pour la mise en place d’un gouvernement de technocrates .
Ce partie a convaincu Ennahdha de ne faire que permuter les postes en gardant les mêmes personnes et les plus incompétents entre autre Mr Laraiedh qu'il a fallu absolument qu'il ne fasse partie d'aucun autre gouvernement et non pas le promouvoir a un poste de chef du gouvernement Tunisien.
Ennahdha appuyé par ce qu’il en reste du cpr continue une politique destructrice pour elle et certainement pour la Tunisie .
Je conseille vivement aux dirigeants d'Ennahdha d' accepter clairement et sans ambigüité un gouvernement de technocrates aidé par une commission multi partite pour donner l’orientation générale et de gérer ensemble les succès et les défaites probables et de savoir les surmonter a temps si ce n’est mieux les prévenir. Il est temps pour adopter ce chemin qui est le seul susceptible de faire regagner la confiance et redonner éventuellement une place chez les Tunisiens.
En tous cas aucun gouvernement ne pourra faire seul de miracles pendant les 6 mois qui vont suivre.
Ennahdha doit accepter de collaborer avec toutes les forces politiques ,combien même il ne gouvernera pas directement mais il pourra encadrer avec les autre forces politiques les technocrates vers les objectifs nationaux. C’est la seule façon pour contribuer a sauver le pays de ce sombre tunnel qu’il nous a mis .
Peu importe ce que dira les les plus déterminés a conserver leurs chaises comme le cpr mais qui ont perdu tous crédit chez ls Tunisiens et dont les manigances sont bien dévoilés .Seule la sagesse des dirigeants d’Ennahdha en allant tous de suite vers le consensus national qu’il saura redresser son image négative et aller de l’avant de la Tunisie.
Il ne sert absolument rien de continuer a faire plus de maquillage a une politique qui a semé le doute et qui a fait prévaloir une image négative d’autant plus que les Tunisiens pensent qu' Ennahdha a peur des élections et pour cela il magouille et reproduit ainsi les mêmes méthodes que l'ancien régime en plaçant ses partisans dans toutes les fonctions étatiques alors qu'ils n'ont pas les compétences et contribue aussi a détruire l’économie du pays .
J’espère qu’ Ennahdha redresse vite la barre ,si non ,il est certain qu'il va aussi a la faillite et le peuple ne pardonnera jamais ceux qui veulent imposer une dictature d'autant plus qu'ils sont diamétralement opposés au chemin qui peut promouvoir les objectifs de sa révolution .
Il est grand temps de prendre aujourd'hui avant demain le bon chemin pour Ennahdha ,celui de ne voir que l’intérêt de la Tunisie et il va résulter qu’Ennahdha sera gagnante .
Le CPR ou ce qu’il en reste et même sa branche moribonde (on l’a lu ses déclarations futiles et destructrice d’il y’a 2 et 3 jours essaye d’entraver la démarche inéluctable d’Ennahdha vers le consensus national qui est le seul chemin du salue national.
Le CPR sait qu’il ne représente plus rien aujourd’hui et dans la Tunisie de demain.
Les députés ainsi que Mr Ben Jaafar et tous le peuple TUNISIEN ne croit pas un mot du discours d’hypnose que Mr Ghannouchi nous a servi pendant plus de 2ans et attendent les actes consistant a la démission du gouvernement actuel et la mise en place d’un gouvernement de compétences nationales dirigé par une personnalité indépendante avec toutes les conditions de l’UGTT constituant une base incontournable et un tous qu’il faudrait accepter tous de suite et discuter les modalités de son application sur le terrain en moins de 15 jours
Je ne manque pas de saluer comme certainement la majorités des Tunisiens la position historique de monsieur Ban Jaafar qui a su donner un sens a la responsabilité, il aide a ce que l’on aboutisse a ce consensus et de se mettre main dans la main pour la Tunisie ,que le bon dieu lui donne la force et le courage de continuer, sur ce bon chemin ,sa rude tache mais très honorable pour lui ; pour la Tunisie ,un bon président digne de cette haute responsabilité ,grand merci .
 
 
+1 #1 La traversée du désert pour le petit cpr ?
Ecrit par james-tk     26-08-2013 17:09
Nous ne sommes plus au lendemain du 23 octobre 2011 ?
Aujourd'hui,Les rapports de force ne sont plus les mêmes;et,que vous le vouliez,ou,pas,votre poids est passé d'infime au quasi nul,et,par conséquent,vous n'avez aucun droit au chapitre,à bon entendeur,circulez,il n'y a rien à voir,la traversée du désert vous attend,allez,oust !
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved