sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mardi 19 Septembre 2017         

Tunisie : La tenue des municipales à la date du 17 décembre de plus en plus hypothéquée

Imprimer Envoyer
Publié le Lundi 04 Septembre 2017 à 16:21
Les municipales sont l'objet de divergences. Béji Caïd Essebsi se dit prêt à publier le décret appelant les électeurs aux urnes en prévision des municipales, aussitôt la composition de l’ISIE au complet. Une annonce qui satisfait certains partis favorables à la tenue du scrutin le 17 décembre, sans faire changer la position d’autres qui sont de plus en plus nombreux à en réclamer le report, les conditions n’étant pas, à leurs yeux, réunies…

Le président de la république a affirmé ce lundi 04 septembre ses dispositions à faire paraître le décret convoquant les électeurs au scrutin municipal, aussitôt l’Assemblée aura pourvu aux vacances au sein de l’instance supérieure indépendante des élections. C’était lors de son entretien avec le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, à Carthage.

Cette annonce intervient à l’heure où la tenue des élections locales à la date impartie du 17 décembre est hypothéquée, sur fond d’appels persistants au report, du fait que les conditions ne sont pas réunies pour leur tenue à l’échéance arrêtée.

Pourquoi reporter le scrutin ?
Le président du comité constitutif (CC) du mouvement la Tunisie d’abord Ridha Belhaj, a déclaré ce lundi que son parti et plusieurs autres vont demander demain mardi l'ajournement des municipales, étant donné que le climat général n’est pas propice à leur tenue en décembre prochain.

Machrou Tounes, la Tunisie d’abord, l’alternative, le parti républicain, al-Massar et le parti du travail patriotique et démocratique considèrent que le climat n’est pas propice du fait de la crise que traverse le gouvernement, le rendant incapable d’organiser les élections et de la situation de l’instance électorale, avec sa composition inachevée, et les vacances en son sein, a-t-il dit dans une déclaration médiatique.

L’organisation et le financement de la campagne électorale requièrent des textes réglementaires et la mise en place des tribunaux administratifs et financiers pour recevoir les recours et régler les litiges ; chose qui n’a pas été encore réalisée, a-t-il souligné.

Le député d’Afek Tounes, Karim Hlali, a déclaré que son parti sera présent demain lors de la conférence de presse qui sera tenue par plusieurs partis, appelant au report du scrutin.

Dans une déclaration à Assabah News, il a indiqué qu’il valait mieux que le scrutin soit reporté, invoquant la poursuite de la vacance au sein de l’instance électorale, la coïncidence du scrutin avec la discussion de la loi des finances et du budget de 2018, outre le fait que la discussion du code des collectivités locales va nécessiter du temps. Pour toutes ces raisons, le député d’Afek suggère l’ajournement des élections à Mars ou avril 2018. 

Non à l'ajournement des municipales
Le courant démocrate et l’alliance démocratique soutiennent eux, la position inverse, et réclament la tenue du scrutin à leur date, joignant ainsi sur ce point une position énergiquement défendue par les deux forces de la majorité parlementaire, Nidaa et Ennahdha.

Les deux partis appellent dans un communiqué le président de la république "à faire paraître le décret appelant les électeurs aux urnes, à la date du 17 décembre 2017 et à ne pas reporter cette importante échéance électorale".

A l’issue d’une série de réunions de concertations en vue des municipales, les deux partis ont appelé l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) à assurer les conditions nécessaires à la tenue du scrutin, en parachevant, notamment, l’élection des membres de l’ISIE, en accélérant l’adoption du code des collectivités locales, en votant la loi sur la transparence et la lutte contre l’enrichissement illicite, ainsi que celle organisant le secteur des sondages.

Le courant démocrate et l’alliance démocratique appellent le chef du gouvernement à envoyer une mise en garde aux partis impliqués dans la distribution des aides aux citoyens, et à charger les appareils de contrôle à auditer les comptes des partis politiques, notamment ceux dont les dépenses ne sont pas proportionnelles aux revenus déclarés. Comme ils l’incitent à accélérer la mise en place des tribunaux administratifs et des Cours des comptes dans les régions, pour garantir le bon déroulement de l’opération électorale. 

L'ISIE refuse de servir de prétexte
L’instance électorale, elle, s’accroche à la tenue des élections à la date initialement annoncée, soit le 17 décembre, refusant de servir de prétexte pour les partis qui cherchent à justifier leur impréparation au scrutin.

Dans un entretien avec Mosaïque, Nabil Baffoun, membre de l’ISIE, a déclaré ce lundi qu’il n’y a aucune raison pour le report des municipales, excluant qu’une quelconque demande officielle leur soit parvenue dans ce sens. "L’instance se tient à l’écart des tiraillements, et tous les indices prouvent que l’on se dirige vers les élections", a-t-il dit.   

Il a ajouté que le gouvernement était en train de publier les décrets relatifs aux candidatures, et les efforts sont déployés pour la création des tribunaux administratifs dans les régions, "ce qui représente autant d’indices de la détermination des autorités en place à tenir les élections à la date annoncée". 

Il a fait état de prémisses pour la tenue d’une séance extraordinaire au parlement en vue de parachever la composition de l’instance.

L’ISIE est prête sur les  plans technique, logistique et légal pour la tenue du scrutin, en attendant le décret présidentiel appelant les électeurs aux urnes, dont la non-parution constitue une menace du processus électoral, a-t-il encore souligné. 

Au cas où la composition de l’ISIE n’est pas parachevée avant le 18 septembre, et où le président n’émet pas le décret de convocation des électeurs, le parlement assumera toute sa responsabilité, a prévenu Baffoun.

Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved