sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 30 Mars 2017         

Tunisie : ça bouge chez nos partenaires, prenons garde !

Imprimer Envoyer
Publié le Vendredi 02 Décembre 2016 à 16:46
Les scénarios auxquels l’on s’attend le moins, se produisent.2016 est l’année de toutes les surprises dans un monde inconstant. Sa rétrospective sera singulièrement inédite. Tant et si bien que le monde occidental est en train de connaitre des changements profonds, sur fond d’une crise politico-socio-économique et élitaire sans précédent. Les scénarios auxquels l’on s’attend le moins, se produisent.

De la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, le Brexit voté à l’issue d’un référendum au Royaume-Uni l’été dernier, en passant par l’élection du républicain, Donald Trump, à la tête des Etats-Unis, jusqu’à arriver à l’élimination de l’ancien président Sarkozy de la course à l’Elysée, suivi par la défaite du favori des sondages, Alain Juppé à la primaire de la droite, gagnée par François Fillon, longtemps présenté comme étant le troisième homme , la série des imprévus ne s’arrête pas : François Hollande que tout le monde disait candidat à sa propre succession en 2017, bien qu’il soit si bas dans les sondages, et que l’on soupçonnait de vouloir faire durer le suspense jusqu’au bout, a annoncé jeudi soir sa décision de ne pas briguer un second mandat, à la stupéfaction générale.

Ces coups de théâtre à répétition prennent de court tout le monde, y compris les médias et les instituts de sondage, dont la crédibilité est plus que jamais écornée, pour avoir été à côté de la plaque et avoir entretenu longtemps de faux pronostics, ce qui les prive désormais de prétendre à l’infaillibilité et les oblige à un devoir  d’humilité.

La réalité est que ce 21ème siècle part dans tous les sens, sauf celui qu’on le lui prédestine. Le monde se complexifie et plus personne n’est en mesure d’en maîtriser l’évolution ou de prévoir le cours des choses. Les problèmes et les peurs du monde moderne sont partout les mêmes, par l’effet de la globalisation et des conflits attisés ça et là, ce qui crée des replis identitaires, une volonté des peuples de prendre leur destin en main et de ne plus se laisser influencer et guider par les élites, qui multiplient les échecs face à des problèmes devenus chroniques et standardisés : récession économique, chômage, précarité, pauvreté, insécurité, etc.

Ces bouleversements sont à imputer entre autres à une inadéquation entre le politique et l’économique. Alors que l’économie a connu depuis le siècle dernier une transformation formidable qui s’est accentuée avec l’effondrement du bloc de l’Est et le triomphe du capitalisme, donnant lieu à une mondialisation galopante, le politique n’a pas su s’adapter à la nouvelle donne et est resté dans le même schéma des clivages traditionnels gauche/ droite, ce qui a favorisé la montée des populismes et des extrêmes qui ont su surfer sur les peurs et appuyer sur la corde sensible des populations en détresse.

Les problèmes et les défis provoqués par la mondialisation appellent à des réponses qui sont quasiment les mêmes. Les divergences entre un gouvernement de droite, de gauche ou de centre,  mises en avant pendant les campagnes électorales, disparaissent au moment où les politiques sont mises en exécution, après les élections.

La conclusion est que dans l’actuelle configuration économique mondiale, seule une coalition nationale est en mesure de gouverner, de mener des réformes et de remédier aux problèmes posés,  sans créer des fissures génératrices de tensions sociales, et de blocages.

L’économie mondialisée, régulée à l’échelle internationale par les grandes puissances Etats ou groupements, Etats-Unis, Union européenne, Chine, et des organisations, en prime l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), appelle à une gouvernance collective, à vocation  nationale à l’échelle des pays. La montée des nationalismes et du souverainisme, et leur corollaire l’extrême droite dans les pays occidentaux, le prouve.

Ces changements profonds intervenus, dans des pays occidentaux, partenaires traditionnels et "stratégiques" de la Tunisie, méritent d’être bien étudiés, s’agissant notamment de leurs retombées sur un pays, qui compte énormément sur le soutien extérieur pour sortir de la crise.

H.J.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved