sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Vendredi 20 Janvier 2017         

Tunisia 2020 s’ouvre, avec plein de promesses et un flux financier en perspective

Imprimer Envoyer
Publié le Mardi 29 Novembre 2016 à 12:50
Vue de la cérémonie d 'ouverture de Tunisia 2020.La conférence internationale sur l’investissement s’est ouverte ce mardi 29 novembre au palais des congrès de Tunis, en présence de dirigeants politiques, de leaders économiques, de représentants d’institutions financières internationales et du ban et de l’arrière-ban de Tunis. La séance  d’ouverture a vu plein de promesses et d’annonce d'un flux financier en soutien à l’économie tunisienne, et pour redonner sa place au pays, comme destination d’investissement. Après l’hymne national et un film de promotion de Tunisia 2020, les discours se sont enchaînés. Le président de la république a ouvert le bal.

Béji Caïd Essebsi a plaidé pour un soutien exceptionnel de la communauté internationale, à la mesure des conditions exceptionnelles que traverse la Tunisie. Devant un parterre d’hôtes de marque, BCE a appelé les bailleurs de fonds à consentir un soutien à la Tunisie, dépassant les cadres traditionnels, pour égaler celui accordé à des pays ayant connu une transition, se voulant rassurant sur le fait que cette conférence va ouvrir des horizons prometteurs pour un partenariat gagnant/gagnant sur la base d’intérêts mutuels.

Béji Caïd Essebsi promet la poursuite des réformes

Le chef de l’Etat a concédé que le pays n’a pas réussi six ans après la révolution à  réaliser sa transition économique espérée, du fait de difficultés internes et de la poursuite de la crise en Libye.

Il a indiqué que l’octroi du Nobel de la paix au quartette du dialogue national est un singe d’estime internationale pour l’expérience unique en matière de gestion saine et pacifique de la crise, signalant que les difficultés de l’étape transitoire, de la situation socio-économique et de la situation régionale, avec une offensive terroriste sans précédent, n’ont pas empêché la Tunisie de s’attacher à la voie du consensus et du dialogue et de s’éloigner de tout ce qui est de nature à affaiblir l’unité nationale.

Les réformes engagées par la Tunisie pour asseoir les fondements démocratiques ne cachent pas les défis ayant entravé son rayonnement économique, a-t-il dit, soulignant que la réussite de la transition démocratique est tributaire des conditions de bien être social et de développement économique. L’exercice de la démocratie a besoin d’un minimum de prospérité et la pratique de la vertu, d’un minimum de bien être, a-t-il lancé.

Il a affirmé que des réformes rapides ont été engagées pour redresser l’économie, et améliorer le climat des affaires à travers un nouveau code des investissements créateur d’entreprises et de richesses. Le chef de l’Etat a promis la poursuite de la cadence des réformes en vue de maîtriser les équilibres financiers et rétablir le travail comme source principale de création de richesses. Il a prôné un large soutien politique et social au gouvernement d’union nationale afin qu’il puisse poursuivre les réformes structurelles.

 La Tunisie est capable, grâce à ses atouts préférentiels à devenir un pôle économique prometteur dans le tissu économique régional et international, a-t-il dit, ajoutant que le plan quinquennal de développement élaboré selon une approche participative, vise à hisser le volume des investissements, sur la base du principe de discrimination positive envers les régions démunies. 

Outre sa position géographique, la Tunisie dispose d’une infrastructure développée, de compétences et d’une économie ouverte et intégrée dans le marché mondial, ce qui fait d’elle une destination pour l’investissement et l’exportation vers les marchés européens, arabes et africains, a-t-il indiqué.

La réussite économique de la Tunisie sert l’ensemble de la région  et participe à sa sécurité et à sa stabilité, ainsi qu’à celles du monde, a-t-il assuré.

Un soutien du Qatar d’un milliard 250 millions de dollars
Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, l’émir du Qatar, a annoncé des fonds d’un milliard 250 millions de dollars US pour le soutien du processus de développement en Tunisie, faisant part d’un appui qatari en perpétuelle croissance.

La large participation à cette conférence traduit le respect dont bénéficie la Tunisie dans la région et dans le monde, a-t-il indiqué, appelant à soutenir la Tunisie à faire face aux défis économiques, réussir ses programmes de développement, asseoir la bonne gouvernance, et donner des emplois aux jeunes ce qui est à même de solutionner le chômage générateur de phénomènes négatifs dont la désespérance et l’extrémisme.

La guerre contre le terrorisme est nécessaire, mais la meilleure solution contre la violence et l’extrémisme est la prévention, et non le traitement après la propagation du phénomène et la survenue de la catastrophe, a-t-il dit. 

La Tunisie a réussi à construire un modèle pluraliste et libre sur la base du dénominateur commun entre les forces politiques loin du despotisme, la question est de savoir va-t-on l’aider ou l’observer faire face seule à ses difficultés, ce qui est de nature à produire la désespérance et des résultats destructeurs, s'est interrogé le prince du Qatar. 

La Tunisie ne sera jamais seule (Manuel Valls)
Le premier ministre français, Manuel Valls, a indiqué que la Tunisie ne sera jamais seule, appelant à un soutien européen massif au pays. 

Il a indiqué que la France a annoncé l’an dernier un plan d’assistance d’un milliard d’euros sur cinq ans à l’horizon 2020, à la Tunisie.

L’AFD va investir les prochaines années 250 millions d’euros chaque année en Tunisie, a-t-il indiqué, réitérant l’intention de son pays de procéder à la conversion de la dette tunisienne en projets de développement "parce que vous nous l’avez demandé et parce que nous voulons que d’autres partenaire de la Tunisie s’engagent". La France fait confiance à la Tunisie, et à sa jeunesse très qualifiée qui a besoin d’opportunités, a dit Valls, appelant à investir dans notre pays et à y créer des emplois.

L'effort sera axé sur la coopération économique (Sellal)

Le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a assuré la Tunisie du soutien constant de l’Algérie au nom des liens culturels,  historiques et de la communauté des destins entre les deux pays.

Il a évoqué la solidarité de son pays avec la Tunisie pour faire face aux défis sécuritaires, ainsi que le soutien économique et social à travers le maintien de l’afflux des touristes,  la poursuite du développement des zones frontalières, et l’accord commercial  préférentiel conclu entre les deux pays. 

Il a annoncé que les efforts allaient être focalisés à l’avenir sur la coopération économique créatrice de richesses, à  travers de contacts directs entre acteurs économiques et hommes d’affaires des deux pays, se disant confiant en la capacité de la Tunisie à vaincre les difficultés conjoncturelles pour s’atteler après ensemble à la construction de l’Union du Maghreb arabe.

Le Canada promet un investissement pour
l’autonomisation des femmes
Marie-Claude Bibeau, ministre canadienne du Développement international et de la Francophonie, a salué les avancées réalisées par notre pays sur la voie de la démocratie, du pluralisme et de l’Etat de droit, annonçant que le Canada compte investir 24 millions de dollars, outre d’autres investissements, pour aider la Tunisie à surmonter ses difficultés économiques.

Les investissements canadiens concerneront le secteur sécuritaire, l’autonomisation des femmes, la formation professionnelle, l’enseignement, la jeunesse et l’économie verte et durable, a-t-elle énuméré. 

Le Koweït annonce un crédit de 500 millions de dollars

Anas Khalid Al Saleh, vice-premier ministre et ministre des Finances koweitien,  a salué le fait que la Tunisie a mené sa transition politique avec moins de dégâts, promettant la poursuite du soutien de l’Emirat à notre pays.  

Il a annoncé des crédits selon des conditions préférentielles du fonds koweitien de développement de 500 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour soutenir les programmes de développement.

Le consortium tuniso-koweitien de développement, ayant engagé plusieurs investissements réussis dans les domaines de l’immobilier et du tourisme en Tunisie, sera la base appropriée, pour l’instauration d’un partenariat gagnant/ gagnant, a-t-il dit.

Encourager les sociétés turques à investir en Tunisie
Le vice premier ministre turc, Nurettin Canikli, a indiqué que son pays a soutenu le peuple tunisien dans sa bataille pour la démocratie et la justice sociale. La Turquie continuera à promouvoir le développement économique en Tunisie, et à encourager les sociétés turques à y investir, a-t-il promis, annonçant un crédit turc de 100 millions de dollars pour soutenir les programmes de développement. 

Gnet

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved