sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Vendredi 21 Novembre 2014         

Tunisie/Femmes, Sihem Badi prône la révision de certaines lois du CSP

Imprimer Envoyer
Publié le Mercredi 07 Mars 2012 à 22:50
Sihem Badi, lors d'un colloque à l'IMA, (mercredi, 07 mars)Des Tunisiennes, Libyennes, Saoudiennes, Yéménites…membres du gouvernement ou de la société civile ont animé ce mercredi 7 mars à l’IMA de Paris, un colloque intitulé "Printemps arabe, Printemps des femmes", organisé par le ministère des Affaires étrangères français, l'Institut du Monde Arabe avec la participation d'ONU femmes, à l’occasion du 8 mars, journée internationale de la Femme.

Toutes le disent quasiment en chœur : les femmes sont aujourd’hui au cœur du processus de transition dans les pays du printemps arabe, ou ceux qui sont encore en lutte contre les régimes en place. Leur perception est mitigée. Tout en étant confiantes dans leur capacité à pouvoir s’imposer en tant qu’actrices incontournables de la construction du présent et l’avenir, elles sont conscientes que le chemin sera semé d’embûches.

"En tant que femme saoudienne, je reste fondamentalement optimiste sur la place et le rôle de la femme arabe dans les années à venir", dit Mona Khazindar, directrice générale de l'IMA. "Un an après ces printemps, chaque processus a abouti à des déterminants nationaux, chaque situation est particulière et il est présomptueux de prévoir les évolutions, mais les femmes sont de fait des actrices dans la construction de nos sociétés", indique-t-elle.

Roselyne Bachelot souligne le rôle majeur joué par les femmes dans les pays arabes. "Elles ont descendu dans la rue pour dénoncer l'autoritarisme et exprimé leurs aspirations pour les libertés. Mais, rien n'est acquis pour elles". La ministre française des solidarités et de la cohésion sociale dit vouloir voir dans ce printemps arabe "une opportunité pour les femme", appelant "à combattre les violences faites aux femmes sous toutes ses formes : excision, viol, etc". "Sans égalité, il ne peut y avoir de construction démocratique véritablement pérenne", assure-t-elle, saluant l’engagement féministe dans la région arabe. "Dans les pays arabes, il y a des figures fortes, des femmes arabes qui ont joué un rôle important".

"Il faut avoir une pensée pour les femmes qui n'ont pas bénéficié de ces printemps, Syrie, Iran, les femmes victimes de l'arbitraire des régimes en place", renchérit Jean-Baptiste Mattei, directeur général de la mondialisation, du développement et des partenariats au MAE français. Pour lui, "sans une meilleure reconnaissance des droits des femmes et de leur place dans la société, le printemps arabe reste inachevé". "Il faut faire en sorte que la transition renforce les droits et le statut des femmes", exhorte-il.

"La Tunisie veut surprendre le monde"

Sihem Badi, ministre tunisienne de la femme et de la famille, a elle usé de métaphores pour exprimer le changement survenu en Tunisie, et le rôle de la gent féminine dans son aboutissement. "Il y a eu un printemps arabe, mais ô combien l'hiver était long", souligne la ministre, s’attardant sur le long combat mené par les femmes tunisiennes contre la dictature et les régimes totalitaires. "Les femmes, toutes idéologies et appartenances politiques confondues, ont participé à la révolution. Elles étaient au premier rang main dans la main avec les hommes, pour faire disparaître à jamais la dictature et le despotisme. Les Tunisiennes ont irrigué de leur sang la terre tunisienne pour voir fleurir ce printemps arabe", relève-t-elle, lyrique.

"La femme tunisienne est en train de participer à donner une autre ère à la Tunisie, et à réaliser un processus démocratique qui reste difficile", note Sihem Badi. Et d’ajouter : "On récupère un pays pillé et démuni. Mais, malgré les difficultés, on essaie de construire une Tunisie capable de résister à tous les efforts pour que le printemps ne dure pas longtemps". Sihem Badi évoque le statut du code personnel (CSP) qui "est unique dans le monde arabe", mais qui reste à consolider. "Des lois doivent être revisitées car elles ne sont pas suffisantes au 21ème siècle et à la femme tunisienne cultivée, éveillée, émancipée, qui a su penser et faire la révolution", assène-t-elle.

"La femme tunisienne donne l'exemple au monde entier, la Tunisie veut surprendre le monde avec un modèle politique et social, fondé sur plus de justice pour la femme, chose qui n'est pas facile tout de suite". "Quelque soit sa condition, la femme n'est pas encore l'égale de l'homme, un long combat reste à mener", conclut-elle.

Souhayr Belhassen, (mercredi, 07 mars)Souhayr Belhassen, présidente de la fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), est loin de partager l’enthousiasme de la ministre. Tout en reconnaissant les acquis des femmes qui font de la Tunisie "une exception", elle exprime certaines appréhensions. "Avant l’accession d’Ennahdha au pouvoir, son président est revenu sur l'adoption en la remplaçant par la tutelle". La présidente de la FIDH revient sur les déclarations sur les femmes célibataires que la députée d’Ennahdha, souad Abderrahim, a qualifiées "d’infamie",  sur le mariage orfi (mariage coutumier) et la polémique que cela a suscité suite à des déclarations imputées à Sihem Badi  (cette dernière s’explique sur ce sujet dans un bref entretien à Gnet), ainsi que les agissements des salafistes et la réaction tardive des autorités ; elle se réjouit de la réactivité de la société civile.

"La Tunisie est musulmane à 99,99 %; ce n'est pas allé à contre-courant que d'être de sa culture et de sa religion, ce qui est à contre-courant c'est d'aller contre ses acquis", souligne-t-elle.  Souhayr Belhassen pointe "l’ambiguïté" des nahdhaouis ; "ils disent qu'ils n'appliquent pas la charia, mais les faits sont là". "Parler de laïcité est un problème en Tunisie, car ceux qui la revendiquent appellent à la séparation entre la religion et la politique", estime-t-elle, prônant une universalité des droits.
H.J


 

Commentaires 

 
-5 #4 RE: Tunisie/Femmes, Sihem Badi prône la révision de certaines lois du CSP
Ecrit par HatemC     09-03-2012 13:48
cette sihem est complètement déconnectée des réalités du pays, la tunisie est gouvernée par des exilés qui n'ont pas évolué avec les tunisiens, ils auraient fallu que les tunisiens du pays prennent le pouvoir pour différentes raisons. HC
 
 
-2 #3 L'impasse
Ecrit par Hammadi,     09-03-2012 12:57
Les discours nous ne ramènent à rien. Nous écoutons toujours la même chose depuis X temps.Ce n'est pas les interventions à l'IMA qui vont changer la ou les mentalités et la manière de penser de la population arabe des deux sexes.Rien que pour la Tunisie le chemin est très long.Et ce n'est pas qques un dans l'Assemblée constituante qui vont effacer des années de sous développement.Commençons par l'école, mais tout le monde doit participer: le politique,le philosophe,les médias,les artistes,les sociologues,les médecins' les associations, les écrivains etc.. Actuellement si on va faire une étude anthropologique ou ethnologique sur la population tunisienne on découvrira des indicateurs importants concernant la femme.
 
 
0 #2 RE: Tunisie/Femmes, Sihem Badi prône la révision de certaines lois du CSP
Ecrit par CITOYEN     08-03-2012 21:33
Je pense que la femme citée dans l’article n’est pas d’ENNAHDHA
 
 
+2 #1 S. Belhassen ou le regert de la colonisation
Ecrit par Mehrez     08-03-2012 12:29
Madame, qu'aviez-vous fait pour les femmes tunisiennes de l'intérieur, de ces jeunes filles exploitées et sous payés dans des usines franchisées, de ces milliers de filles qu'ont sort de leur enfance pour servir dans les grandes maisons à 14, 15 et 16 ans dans les quartiers chics de Tunisie en toute illégalité et enfin que faites-vous de ces femmes : infirmière, secrétaire, aide-comptable qui ne verront aucune évolution dans leur carrière. Est ce que la condition de ces femmes ne vous intéresse pas, peut être à cause de leur niveau intellectuel, social ou peut être pas assez francophone à votre gout.
Oui c'est vrai le diagnostic du double langage d'Ennahdha est votre seule compétence.
J’aurais attendu d’une femme tunisienne dans un poste comme le votre, plus d’initiative, plus d’action envers toutes les femmes tout en gardant votre droit de vous opposez au gouvernement.
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved