sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Dimanche 22 Juillet 2018         

Le Torchon brûle entre la Tunisie et les Emirats, tout en cherchant à éviter l’escalade

Imprimer
Publié le Lundi 25 Décembre 2017 à 10:50
Le ciel tunisien interdit à la compagnie "Emirates Airlines". Le torchon brûle entre la Tunisie et les Emirats, même si les autorités tunisiennes tentent ce lundi de minimiser les effets de la discorde, et d'éviter l'escalade. Suspendant les vols d’Emirates de et vers les aéroports tunisiens, après l’interdiction, arbitraire et surprise, par la compagnie émiratie des femmes tunisiennes d’embarquer dans ses avions pour le transit et le voyage vers cet Etat fédéral du Golfe, la présidence tunisienne refuse de parler ce matin de crise diplomatique. En milieu partisan, les condamnations fusent. La démarche des Emirats, connus pour leur hostilité aux pays du printemps arabes, leur tentative d’ingérence dans les affaires intérieures de la Tunisie, et leur acharnement à faire capoter les révolutions arabes, provoque, à juste titre, un tollé.

Une réunion se tient ce lundi 25 décembre 2017 au siège du ministère du Transport entre les représentants des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, et de la direction générale de l’aviation civile, ainsi que des représentants de la compagnie aérienne émiratie "Emirates Airlines" pour examiner les suites de la décision tunisienne, de suspendre les vols de la compagnie émiratie de et vers les aéroports tunisiens.

Une cellule de crise a été mise en place au sein du ministère pour circonscrire les tensions entre les deux pays, qui sont liés par une convention dans le domaine de l’aviation civile remontant à l’année 2000.

La Tunisie avait annoncé dimanche soir la suspension des vols d’Emirats Airlines de et vers les aéroports tunisiens, jusqu’à ce que la compagnie se conforme aux lois et traités internationaux.

Une mesure de rétorsion prise suite à l’interdiction par la compagnie "Emirates", aux Tunisiennes d’embarquer à bord de ses vols, pour le transit ou le voyage vers les EAU ; une décision qui a causé bien de désagréments aux Tunisiennes, dont certaines voyageaient en famille, avec mari et enfants. 

Intervenue ce matin sur Shems, la porte-parole de la présidence, Saïda Garrach, a déclaré que les autorités émiraties détiennent des informations sécuritaires, sur l’éventualité que des opérations terroristes soient perpétrées par des femmes tunisiennes, ou des femmes portant le passeport tunisien. 

Elle a ajouté que les autorités américaines avaient confirmé le sérieux de ces informations, et ce dans le cadre du départ des combattants de Syrie.

Garrach a déclaré que la décision de suspension de vols d’Emirates a été prise par le président de la république, en concertation avec le chef du gouvernement.

Ce faisant, la porte-parole de la présidence a refusé de parler de crise diplomatique entre la Tunisie et les Emirats. Les choses ne doivent pas être gérées dans un esprit hostile, a-t-elle dit, admettant l’existence d’une crise, mais elle n’est pas diplomatique. S’agissant de la demande de l’Etat tunisien d’une excuse officielle des Emirats, elle a souligné que si c’est nécessaire, la Tunisie demandera de telles excuses officielles.

Les tensions entre la Tunisie et les Emirats ont défrayé la chronique tout au long du week-end, plusieurs partis sont montés au créneau dénonçant la décision émiratie, pointant une humiliation de la femme tunisienne.

Les partis de la majorité gouvernementale, Ennahdha et Nidaa, avaient gardé le silence au départ, et ne sont intervenus à ce sujet que dimanche soir, dans la foulée de l’annonce officielle de suspension des vols.

Dans son communiqué, Ennahdha a dit appuyer la décision de l’Etat tunisien, de suspendre les vols d’Emirats, comme riposte "à l’atteinte à la dignité des Tunisiennes et Tunisiens, et à la souveraineté de l’Etat tunisien".

Le mouvement a condamné une décision "discriminatoire", et "une humiliation pour les femmes tunisiennes".

Nidaa a, à son tour, condamné, "cette interdiction injustifiée et contraire aux usages et traités internationaux".

Le parti a appelé la diplomatie tunisienne à œuvrer davantage en vue de prendre les mesures nécessaires à la défense des intérêts des Tunisiens et Tunisiennes, et de circonscrire cette crise. Le parti affirme que la femme tunisienne est le symbole de la "fierté nationale", signalant que "ce genre d’incident accentue notre conviction qu’il n’y a d’autre choix devant les Tunisiens, que l’unité nationale".

Attayar était parmi les premiers partis à dénoncer cette décision "contraire aux usages diplomatiques, aux lois de l’aviation civile, et attentatoire à la liberté de circulation", la considérant comme une "humiliation" pour la femme tunisienne et le peuple tunisien.

Le parti avait fait assumer à l’Etat émirati la responsabilité de cette décision, la pressant "de présenter des excuses à la femme tunisienne et au peuple tunisien".

Le parti avait appelé la présidence de la république et le ministère des Affaires étrangères à assumer leur responsabilité en matière de défense de la dignité des Tunisiennes et Tunisiens, ainsi que le gouvernement tunisien à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la communauté tunisienne aux Emirats, à la lumière de "la grande inconstance" de la politique étrangère de ce pays.

Ettakatol avait également condamnée fermement, dès samedi, cette décision "unilatérale, contraire aux usages diplomatiques, à l’éthique des relations entre les pays, et aux liens d’amitié et de solidarité entre les peuples tunisien et émirati".

Le parti avait appelé à prendre toutes les décisions à même "de préserver la dignité des Tunisiens", là où ils se trouvent, ainsi qu'"à revoir les piliers des relations bilatérales avec les Emirats arabes unis".
Gnet

 

Commentaires 

 
0 #4 RE: Le Torchon brûle entre la Tunisie et les Emirats, tout en cherchant à éviter l’escalade
Ecrit par Montygolikely     27-12-2017 16:00
Les Emirats ont abandonné tous les projets mirifiques qu'ils devaient réaliser en Tunisie, "Les Portes de la Méditerannée" de Sama Dubaï, "Tunis Sport City" de Boukhater, etc. sont restés lettre morte...
Un peu de fierté, Ya Robbi, et envoyons ces roitelets de pacotille se faire voir ailleurs..
 
 
0 #3 remonter
Ecrit par marre     26-12-2017 11:13
remontez a la source du probleme vous les insultez ces pays vous etes bien content de vous y rendre vous envoyer vos filles seul pour le fric
 
 
+3 #2 RE: Le Torchon brûle entre la Tunisie et les Emirats, tout en cherchant à éviter l’escalade
Ecrit par hama     25-12-2017 13:24
Ces émiratis sont répugnants ! S'en prendre uniquement aux femmes traduit bien leur mentalité de lâche
 
 
+6 #1 Tunisien. Je suis fier de l’être.
Ecrit par Tunisien     25-12-2017 13:02
Nous Tunisiens, le terrorisme est venue chez nous. d'origine nous étions loin de ce mal.
Un Tunisien, est ouvert, et bien éduqué grâce à Bourguiba (Rahimaho Allah).
On a pas le petrole, mais on a le savoir faire pour le pétrole des la prospection jus-qu au la production et le raffinage.
Nous avons l'Agriculture, et .....et nous avons la matière grise.
Notre histoire preuve, que nous sommes un peuple qui baisse pas, nous respectons beaucoup plus qui nous respecte.
Nous n'admettons pas l'argent a la place de l'humanité.
Je suis Tunisien et je suis fier de l’être.
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Monde
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved