Investissements agricoles en hausse, avec moins de projets financés par les banques

Imprimer
Publié le Mardi 10 Octobre 2017 à 16:56
Les investissements déclarés auprès de l’agence de promotion des investissements agricoles (APIA)  jusqu’au mois d’août ont atteint quelque 6565 opérations d’une valeur de 1070.7 MD, contre 4069 opérations d’une valeur de 676.2 MD, enregistrant une évolution de 61.3 %, en termes de nombre, et 58.4 % en valeur, révèlent les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Agriculture sur son site.

Les investissements sont répartis sur 2374 opérations d’une valeur de 391.7 MD, déclarés au cours du premier trimestre 2017, et 4191 opérations d’un montant de 679 MD enregistrés après le 1er avril 2017, date de l’entrée en vigueur du code des investissements n’o 71 de l’année 2017.

Les investissements privés dans l’agriculture et la pêche validés par l’APIA ont atteint jusqu’à la fin août 2017, 329.1 MD, contre 372.8 MD, au cours de la même période de 2016, enregistrant ainsi un recul de 10.3 % en termes de nombre, et 11.7 % en valeur.

Les dossiers d’investissements entérinés par les commissions nationales et régionales selon la nouvelle loi, ont atteint jusqu’à la mi-septembre 2017, 402.5 MD, contre 387. MD pendant la même période 2016, enregistrant une évolution de 3.9 %, en valeur ; une proportion qui est appelée à évoluer d’ici la fin de l’année, du fait des dossiers déposés auprès de l’agence d’un volume d’investissements préliminaires de 170 MD.

Les investissements validés vont permettre la création de 3141 postes d’emploi permanents, contre 3270 emplois permanents pendant la même période de l’année écoulée.

Les gouvernorats de Kairouan (48.7 MD), Sidi Bouzid (31.9MD), Kasserine (27.8 MD), Gafsa (24.1 MD), Nabeul (17.6 MD), et Monastir (17.0 MD) occupent les premières positions, en polarisant 50.7 % des investissements globaux.

La commission nationale a octroyé 31 crédits immobiliers d’une valeur de 3.0 MD, contre 66 crédits d’une valeur de 5.2 MD pendant la même période de l’année écoulée, ces crédits vont permettre d’intégrer 397 hectares de terres agricoles dans le circuit économique.

Le ministère de l’Agriculture cite certains indicateurs dont la régression des investissements en matière de plantation d’arbres fruitiers, ayant atteint 91.3 MD en 2017, contre 122.3 MD en 2016, soit – 25.3 % ; et l’évolution des investissements dans le domaine des huileries avec huit opérations d’investissements entérinées d’une valeur de 23.6 MD, contre quatre d’une valeur 2.7 MD, pendant la même période de l’année 2016.

Les banques ont financé moins de projets agricoles en 2017, qu’en 2016. Au cours des huit premiers mois de l’année 2017, les financements bancaires des investissements agricoles ont atteint 8.3 % du total des IA, contre 8.6% pendant la même période de l’année écoulée.
Gnet