sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Mardi 25 Septembre 2018         

Trump et les amants du FBI, la police fédérale discréditée, selon le républicains

Imprimer
Publié le Mercredi 11 Juillet 2018 à 08:42
AFP - Comme tout amoureux attentionné, Peter Strzok rassurait Lisa Page. Celle-ci s'inquiétait d'une possible victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.

"Il ne va pas être président, hein ? Hein ?", avait-elle écrit dans un SMS envoyé tard le soir en août 2016.

"Non. Non. On va l'en empêcher", avait-il répondu.

Cette conversation est devenue une affaire d'Etat, les deux amoureux étant alors des agents du FBI impliqués dans une enquête fédérale sur la candidate démocrate Hillary Clinton.

Et, plus tard, l'un comme l'autre ont également brièvement participé aux investigations sur la collusion présumée entre des Russes et l'équipe de campagne de Donald Trump.

L'échange est donc au coeur d'une campagne républicaine pour discréditer la police fédérale et l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui empoisonne le mandat du magnat de l'immobilier.

Peter Strzok et Lisa Page doivent être entendus cette semaine par des commissions parlementaires, où les républicains vont tenter de montrer que leurs opinions politiques ont faussé les deux enquêtes les plus importantes de ces dernières années: celle sur l'utilisation d'un serveur privé de messagerie quand Mme Clinton était secrétaire d'Etat, et celle sur une éventuelle collusion entre l'équipe de campagne de M. Trump et la Russie pour le faire élire.

En démontrant que les enquêteurs eux-mêmes étaient contre Donald Trump, les républicains espèrent faire lever les accusations d'entrave à la justice qui pèsent sur le président et pourraient conduire à une procédure de destitution.

Peter Strzok a déjà subi 11 heures d'interrogatoire à huis clos devant deux commissions parlementaires. Il sera de nouveau entendu au Congrès jeudi en séance publique. Lisa Page devait être entendue à huis clos mercredi.

Peter Strzok, qui a fait carrière dans les services de contre-espionnage du FBI, a échangé des dizaines de milliers de textos avec sa maîtresse lors de leur liaison extra-conjugale qui a duré de 2015 à 2017.

Ils travaillaient alors tous deux sur les enquêtes Clinton et Trump.

Parmi les messages déclassifiés, on trouve des ragots de bureau, des commentaires sur la couverture médiatique des deux affaires, et des diatribes contre M. Trump qualifié de "répugnant" ou d'"énorme con".

"Trump est vraiment un abruti", commente l'amant lors d'un débat télévisé. "Poutine est dans le camp de Trump", dit-il encore en référence au président russe.

En août 2016, Lisa Page écrit, admirative: "Peut-être que tu es censé rester là où tu es parce que tu es destiné à protéger le pays de cette menace".

A l'annonce de la victoire du candidat républicain le 8 novembre, Strzok est défait: "Mon Dieu, ça me déprime". "Je ne sais pas si je vais pouvoir manger, j'ai la nausée", lui répond sa maîtresse.

Pour les républicains, le parti pris du FBI est évident. Depuis six mois, la contre-attaque de Donald Trump se concentre sur "les amants incompétents et corrompus du FBI" qui roulent pour les démocrates.

"Cette chasse aux sorcières truquée qui était d'abord dirigée par le séducteur Peter S (...) C'est une arnaque des démocrates", a encore affirmé samedi le président américain sur Twitter.

Pour autant, l'enquête interne du ministère de la Justice montre une image plus complexe. Les amants sont très critiques de Mme Clinton et de son concurrent aux primaires, Bernie Sanders.

Peter Strzok et Lisa Page veulent aussi que l'enquête sur Hillary Clinton soit plus agressive, et Strzok hésite un temps à intégrer l'équipe Mueller car il doute de trouver la preuve d'une collusion.

En juin, l'enquête interne a indiqué ne pas avoir trouvé de preuve "que des considérations déplacées, dont un parti pris politique, ont directement affectées les décisions spécifiques aux enquêtes".

Leur liaison prend fin en juin 2017, sans signe avant-coureur ni explication, alors que l'enquête du procureur Mueller commence. "S'il te plaît, ne m'envoie plus jamais de texto", écrit Lisa Page.

Les messages, désormais dans le domaine public, briseront aussi leur carrière. Peter Strzok est écarté de l'enquête quand sa liaison est rendue publique. Longtemps responsable de la chasse aux espions chinois et russes, il perd son accréditation secret-défense et travaille désormais au service du personnel.

Lisa Page a aussi quitté l'équipe Mueller, puis a démissionné du FBI en 2018.

Interrogée sur l'utilisation par deux agents expérimentés de leur téléphone professionnel pour des échanges si personnels, Lisa Page a expliqué: "Nous tentions de cacher notre liaison à nos conjoints".

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Monde
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved