sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Lundi 24 Juillet 2017         

Syrie : Washington envoie un nouveau destroyer en Méditerranée

Imprimer Envoyer
Publié le Samedi 24 Août 2013 à 10:58
Destroyer. AFP & ria.ru - Les Etats-Unis ont annoncé vendredi le déploiement de moyens militaires permettant de fournir des «options» à Barack Obama s’il ordonnait une intervention en Syrie, alors que la Russie s’est opposée à tout recours à la force après les allégations d’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien.

Le ministre américain de la Défense Chuck Hagel, en route pour la Malaisie, a immédiatement souligné que ces renforts américains -qu’il n’a pas détaillés- ne signifiaient en rien qu’une décision d’intervention avait été prise contre le régime de Bachar al-Assad.

Quelques heures plus tôt, le président Barack Obama avait lui aussi mis en garde contre toute nouvelle intervention militaire des Etats-Unis au Moyen-Orient. Il a toutefois jugé «profondément inquiétantes» les récentes allégations pesant contre le régime syrien, accusé d’avoir utilisé des armes chimiques ayant fait un grand nombre de victimes mercredi près de Damas.

Le département de la Défense a la responsabilité de fournir au président toutes les options pour faire face à toutes les éventualités», a expliqué M. Hagel avant une nouvelle tournée en Asie. Selon un responsable de la défense à Washington, ces moyens comprennent notamment l’envoi en Méditerranée d’un quatrième destroyer équipé de missiles de croisière.

De son côté, la communauté internationale a appelé l’ONU, dont des experts se trouvent en Syrie, à vérifier sur place les accusations de recours aux armes chimiques. Une haute responsable de l’organisation est d’ailleurs attendue samedi dans la capitale syrienne pour négocier les modalités de l’enquête (…).

Des médias ont rapporté le 21 août dernier que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé une attaque chimique dans une banlieue de Damas, faisant plus de 600 morts. La Coalition nationale de l'opposition syrienne (CNS) affirme pour sa part que le nombre de morts pourrait atteindre 1.300 personnes.

Les autorités syriennes et le commandement militaire du pays ont démenti les informations sur l'emploi d'armes chimiques.

La Russie a dénoncé une «provocation» des rebelles et jugé «inacceptables» «les appels de quelques capitales européennes à faire pression sur le Conseil de sécurité et à décider dès maintenant de recourir à la force».

Moscou a néanmoins appelé le régime Assad à coopérer avec les experts de l’ONU et réclamé aux rebelles de «garantir» leur accès aux lieux des attaques.

La veille, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, dont le pays soutient comme les autres occidentaux l’opposition syrienne, a estimé que si l’utilisation d’armes chimiques par le régime était avérée, il fallait «qu’il y ait une réaction» qui «peut prendre la forme d’une réaction de force». Son homologue britannique William Hague a été plus direct, accusant le régime d’Assad d’être responsable de «l’attaque chimique».

La coalition de l’opposition syrienne s’est engagée «à assurer la sécurité» des inspecteurs de l’ONU sur les lieux des attaques présumées à l’arme chimique, mais a jugé «fondamental que l’équipe puisse se rendre dans les 48 heures dans la zone visée». Selon elle l’armée a tiré au moins trois salves de missiles équipés de têtes chimiques sur des civils.

«Nous avons réussi à recueillir des échantillons de cheveux, de sang et d’urine et aussi des débris de missiles et nous allons les faire sortir de Syrie pour des analyses complémentaires», a annoncé à Istanbul le secrétaire général de la coalition Badr Jamous.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a averti que l’utilisation d’armes chimiques constituerait un «crime contre l’humanité» aux «graves conséquences pour celui qui l’a perpétré».

M. Ban a aussi demandé à l’opposition syrienne de coopérer avec la mission d’experts, dirigée par Aake Sellström, arrivés dimanche à Damas avec un mandat se limitant à déterminer si des armes chimiques avaient été utilisées dans le passé à Khan al-Assal (nord), Ataybé (près de Damas) et Homs (centre).

A l’appui de leurs accusations, les militants anti-régime ont diffusé des vidéos de personnes inanimées ne portant aucune trace de sang, ou de médecins administrant de l’oxygène à des hommes ou des enfants pour tenter de les aider à respirer.

Les enfants paient un lourd tribut dans le conflit en Syrie, qui a fait plus de 100.000 morts dont 7.000 enfants en deux ans et demi selon l’ONU, et poussé à la fuite des millions de Syriens.

L’Unicef estime que le nombre d’enfants syriens réfugiés à l’étranger a atteint un million, tandis que deux autres millions ont été déplacés dans le pays où une révolte populaire en mars 2011 s’est militarisée face à la répression du régime.


 

Commentaires 

 
0 #1 Bachar Nemrud
Ecrit par mehdi mountather     24-08-2013 12:22
Après génocide de Sissi et Bachar assed aujourd'hui la fin d'israél la fin de Sissi et Bachar assed ou la fin des pays de monde entier surtout les pays amis de Sissi de Bachar assed et israél par des punitions d'ALLAH des catastrophes apocalyptique historique séisme feu de forêt inondation grêlons les foudres volcan tsunami les météorites un virus pire que H1N1 le virus H1N1 punition d'ALLAH un mois après le phosphore sioniste sur Gaza en 2009 beaucoup des morts de ce virus en Usa le vrai israél après l'arme chimique Bachar assed un virus cataclysmique pire H1N1 c'est logique a part c'est la fin du monde qui vivra verra
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Monde
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved