sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Samedi 21 Octobre 2017         

Poutine n’exclut pas le soutien d’une frappe, Obama se démène en Europe

Imprimer
Publié le Mercredi 04 Septembre 2013 à 10:58
Poutine et Obama. Ria.Novosti & AFP - La Russie pourrait accepter une opération militaire en Syrie si la responsabilité de Damas dans l'emploi d'armes chimiques est prouvée, a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine.

"Je n'exclus pas cette option, mais je veux attirer votre attention sur cette circonstance de principe: conformément au droit international en vigueur, seul le Conseil de sécurité des Nations unies est habilité à autoriser l'emploi de la force armée contre un Etat souverain", a indiqué le chef du

Kremlin dans une interview à la Première chaîne russe et à l'agence Associated Press.
"Pour nous convaincre, il faut nous présenter une étude approfondie du problème et l'existence de preuves évidentes permettant d'identifier ceux qui ont utilisé des armes chimiques ainsi que la nature des armes employées. Après cela, nous serons prêts à agir de la façon la plus résolue et la plus sérieuse possible", a déclaré le président russe.

Le président américain Barack Obama est arrivé mercredi à Stockholm, première étape d'un voyage de trois jours en Europe où il tentera de rallier davantage de soutiens internationaux à sa politique syrienne.

M. Obama rencontrera le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt avec qui il donnera une conférence de presse.

La Syrie devait déjà dominer les conversations en marge de ce forum international avant la décision de Barack Obama, annoncée samedi, d'ordonner des frappes contre le régime de Bachar al-Assad pour le punir d'avoir commis une attaque chimique meurtrière le 21 août.
Mais le président a créé la surprise en demandant au Congrès de soutenir le principe d'une telle action "limitée". Un nouveau projet de résolution parlementaire a en effet été élaboré mardi au Sénat américain pour autoriser Barack Obama à lancer des frappes militaires en Syrie pendant 60 jours, avec une extension possible à 90 jours.

Cette version du texte autorisant le recours à la force contre le régime du président syrien Bachar al-Assad remplacerait celle envoyée au Congrès par la Maison Blanche samedi, et qui était considérée comme donnant trop de latitude au président. "La commission des Affaires étrangères du Sénat a élaboré une autorisation du recours à la force militaire qui reflète la volonté et les inquiétudes des démocrates et des républicains", a annoncé le président de la commission, le démocrate Robert Menendez.

La résolution "n'autorise pas l'utilisation des forces armées américaines sur le sol en Syrie dans le but d'opérations de combat", précise le document. L'intervention devrait en outre être "limitée", selon le texte de compromis. Ce nouveau texte vise à gagner le soutien des élus démocrates et républicains encore sceptiques du Congrès. Il pourrait faire l'objet d'un vote au sein de la commission des Affaires étrangères dès mercredi, ce qui permettrait à l'ensemble du Sénat d'en débattre dès la rentrée parlementaire, lundi prochain.

Le fait de solliciter le feu vert des élus de Washington, en vacances jusqu'au 9 septembre, a repoussé d'une dizaine de jours une opération militaire qui paraissait encore imminente vendredi dernier.

Depuis samedi, l'administration Obama s'est démenée pour tenter de convaincre les élus de la suivre. Le président a engrangé mardi les soutiens de hauts responsables républicains et s'est dit confiant sur les chances de passage d'une résolution autorisant le recours à la force.
Des responsables de la Maison Blanche s'exprimant sous couvert de l'anonymat ont indiqué que Barack Obama mettrait à profit son voyage en Europe pour expliquer sa position.

Avant l'annonce de samedi, seule la France s'était dite disposée à suivre Barack Obama dans une opération armée, après le forfait du Premier ministre britannique David Cameron, contraint à y renoncer par un vote du Parlement.

Parmi les membres du G20, certains refusent toute action militaire, dont la Russie, soutien indéfectible de Damas, mais aussi l'Italie.


 

Commentaires 

 
0 #1 raimanet.wordpress.com
Ecrit par raimanet     04-09-2013 20:18
reblogué vers raimanet.wordpress.com/
De la force de la raison, aux raisons de la force.PL.
www.un.org/.../#a19
www.desobeissancecivile.org/.../
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Monde
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved