sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Jeudi 20 Septembre 2018         

La France reconnaît avoir eu recours à la torture pendant la guerre d’Algérie

Imprimer
Publié le Jeudi 13 Septembre 2018 à 13:59
Emmanuel Macron AFP - Le président Emmanuel Macron va reconnaître jeudi que la France avait mis en place pendant la guerre d'Algérie (1954-1962) un "système" entraînant des actes de "torture", ayant notamment provoqué la mort de l'opposant communiste Maurice Audin, a annoncé l'Elysée.

Le chef de l'État français remettra une déclaration en ce sens à la veuve de Maurice Audin et annoncera "l'ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens", alors que la guerre d'Algérie est un des pans les plus douloureux de l'histoire récente de la France.

Militant communiste favorable à l'indépendance algérienne, Maurice Audin, mathématicien de 25 ans, a été arrêté chez lui à Alger le 11 juin 1957 par des parachutistes, car soupçonné d'héberger des membres de la cellule armée du Parti communiste algérien. Il est torturé à plusieurs reprises dans une villa d'El Biar, un quartier d'Alger.

Dix jours plus tard, Josette Audin apprend officiellement que son mari s'est évadé lors d'un transfert. Cela restera la version officielle jusqu'à ce que le président François Hollande affirme en 2014 que "M. Audin ne s'(était) pas évadé" mais était "mort durant sa détention".

La guerre d'indépendance algérienne, au bilan incertain du fait des disparitions, a été la source de nombreux traumatismes pour toute une partie de la société française.

Emmanuel Macron, avec cette reconnaissance sur un cas particulier, va peut-être ouvrir la voie à une reconnaissance beaucoup plus large.

"Puisque la disparition de Maurice Audin résulte d'un système, elle n'est pas un accident, elle n'est pas une bavure (...) À travers la reconnaissance des responsabilités de l'État dans la disparition de Maurice Audin, par conséquent, les responsabilités de l'État dans toutes les disparitions de cette année 1957 à Alger ne sont-elles pas reconnues ?" s'interroge jeudi l'historienne française Sylvie Thénault, auteure notamment d'une "Histoire de la guerre d'indépendance algérienne" dans une tribune publiée sur le site "The conversation".

 

Commentaires 

 
-1 #1 C'est sa fille
Ecrit par Léon     13-09-2018 18:21
C'est sa fille Michèle, une grande mathématicienne à la retraite depuis deux années (Université de Strasbourg) qui n'a cessé son combat.
Une femme exceptionnelle qui a toujours refusé la Légion d'Honneur proposée par les présidents qui se sont succédés depuis Mitterrand jusqu'à Hollande car elle ne cherchait qu'une chose: Connaître la vérité quant à la disparition de son père.
Une femme aux valeurs immuables.
Elle a toujours milité contre le colonialisme et a toujours défendu les arabes (en particuliers parmi ses collègues).
Je sais qu'elle est très sensible au néo-colonialisme actuel que nos traitres locaux n'ont toujours pas compris.
Je la connais en personne et ai toujours appuyé sa quête de vérité.

À la mémoire de Maurice;
Léon.
 
Ces commentaires n'engagent que leurs auteurs, la rédaction n'en est, en aucun cas, responsable du contenu.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Monde
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Sport
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved