sur   
Suivez-nous
Accueil l Temps Fort l National l Monde l Sport l Net & Informatique
Lundi 20 Novembre 2017         

Condamnations en cascade de l’essai nucléaire en Corée du Nord

Imprimer
Publié le Lundi 04 Septembre 2017 à 12:15
Reuters - La Corée du Nord a ravivé dimanche la tension sur la péninsule coréenne et au-delà en procédant à un essai nucléaire, le plus puissant de son histoire, déclenchant un concert de condamnations internationales, dont celle du président américain Donald Trump, engagé dans une épreuve de force avec Kim Jong-un.

Pyongyang s‘est targué d‘avoir mené avec “une réussite parfaite” l‘opération qui a, selon le régime, permis de tester en sous-sol une bombe à hydrogène capable d’équiper un missile intercontinental.

Il est difficile de vérifier l‘exactitude des déclarations de Pyongyang mais, selon des estimations du Japon et la Corée du Sud, ce sixième essai nucléaire réalisé par le régime communiste a atteint une puissance environ dix fois supérieure aux précédents.

Donald Trump, qui avait promis le 8 août dernier “le feu et la fureur” en cas de menaces de Pyongyang, a réagi sur Twitter en qualifiant la Corée du Nord d’“Etat voyou”, “dangereux” pour les Etats-Unis, et en laissant planer une menace voilée.

“Ils ne comprennent qu‘une chose !”, a écrit le président américain, sans préciser le fond de sa pensée.

Prié par la suite de dire si les Etats-Unis pourraient attaquer la Corée du Nord, il a répondu: “Nous allons voir”.

Donald Trump a aussi adressé des reproches à la Chine, “qui s‘efforce d‘aider mais avec peu de réussite”, et à la Corée du Sud, dont les tentatives d‘apaisement n‘ont, selon lui, servi à rien.

La Maison blanche a fait savoir par la suite que le président américain devait discuter dans la journée de la situation avec ses conseillers.

De nombreux dirigeants ont également condamné l‘initiative de Pyongyang, certains en réclamant un durcissement des mesures de rétorsion contre le régime de Kim Jong-un.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont réclamé d‘une même voix une réponse immédiate du Conseil de sécurité et un renforcement des sanctions européennes.

“La dernière provocation de l‘homme au pouvoir à Pyongyang a atteint une nouvelle dimension”, s‘alarment les deux dirigeants dans un communiqué publié par la chancellerie allemande.

La Chine, un des rares alliés du régime nord-coréen, a pour sa part appelé son voisin à mettre fin à de “mauvaises” initiatives qui contribuent à aggraver une situation déjà tendue et précisé qu‘elle appliquerait pleinement les sanctions prévues par les résolutions du Conseil de sécurité de l‘Onu.

Le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, s‘est quant à lui prononcé pour un isolement commercial complet de la Corée du Nord.

C‘est la deuxième fois en une semaine que Pyongyang déclenche ce type de réactions : mardi, l‘armée nord-coréenne avait tiré un missile de portée intermédiaire qui avait survolé le Japon avant de s‘abîmer dans le Pacifique.

Cette fois-ci, la télévision d‘Etat nord-coréenne a annoncé que le pays avait conduit un essai nucléaire sur ordre direct de Kim Jong-un.

Ce test constitue, selon les propos de la présentatrice de la télévision, une étape “significative” dans le programme nucléaire militaire poursuivi par Pyongyang en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l‘Onu.

Un responsable des services de renseignement américain a dit que les Etats-Unis n‘avaient aucune raison de douter du fait que la Corée du Nord avait testé un engin nucléaire perfectionné.

Des responsables japonais et sud-coréens ont indiqué que la confirmation de cet essai avait été précédée par un puissant séisme, de magnitude de 6,3, enregistré par différents instituts géologiques dans la région du site nucléaire utilisé par le gouvernement nord-coréen.

La bombe testée dimanche pourrait être montée sur le nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) que la Corée du Nord affirme avoir mis au point. Cette dernière a procédé en juillet à deux tests de ce type de lanceur, dont la portée d‘environ 10.000 km place le territoire américain sous la menace théorique d‘une frappe nord-coréenne.

Sous la direction de Kim Jong-un, au pouvoir depuis cinq ans, la Corée du Nord a poursuivi à un rythme sans précédent les travaux visant à développer des armes nucléaires et des missiles balistiques, défiant ouvertement les sanctions des Nations unies et les pressions de la communauté internationale.

Selon un institut de sismologie norvégien, la bombe de dimanche a dégagé une énergie équivalente à 120 kilotonnes, un chiffre à rapprocher des 15 kilotonnes de “Little Boy”, larguée le 6 août 1945 sur Hiroshima.

“L’échelle est à un niveau tel que n‘importe qui peut affirmer qu‘il s‘agit d‘une bombe à hydrogène”, selon Kune Y. Suh, professeur d‘ingénierie nucléaire à l‘université de Séoul. “Ça ne change pas simplement la donne, c‘est un game-over.”

Le pays a effectué l‘an dernier ses quatrième et cinquième essais nucléaires. Le quatrième, en janvier 2016, a permis de tester avec succès une bombe H, affirme Pyongyang, même si les observateurs étrangers doutent qu‘il se soit agi d‘une bombe à hydrogène complète.

Le cinquième essai, en septembre 2016, a été d‘une puissance inédite pour la Corée du Nord mais le séisme qu‘il a provoqué n‘a pas encore été jugé suffisamment fort pour correspondre à une bombe thermonucléaire.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

 
  • Monde
  • Temps fort
  • Sur le vif
  • National
  • Sport
  • Net & Info
 Lire aussi



GlobalNet - 53, Rue des Minéraux, La Charguia I 2035 Tunis, Tunisie ( Plan d'accès )
Hotline commerciale : 70 132 133 - Hotline technique : 70 132 131 - Hotline réabonnement : 70 132 100
E-mail : globalnet@gnet.tn  - Fax : (216) 70 014 040
© Copyright GlobalNet 2006 : Fournisseur d'accès Internet en Tunisie - ADSL Tunisie . All rights reserved